Le président de la République a annoncé son intention de développer un RER dans dix métropoles. Reste désormais à savoir la nature de l’investissement de l’État. (Photo de Christophe ARCHAMBAULT / AFP)

Création d’un RER à Lyon ? Macron dévoile son ambition pour les Métropoles

Dans une vidéo publiée dimanche 27 novembre, le président de la République a annoncé vouloir développer un équivalent du RER francilien dans dix métropoles françaises comme alternative à la voiture. Une annonce sur laquelle n’a pas manqué de rebondir le maire de Lyon, qui se dit "prêt" pour ce projet.

Régulièrement au cœur de vifs débats entre la Métropole de Lyon et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, les deux autorités chargées d’organiser les transports au niveau local, la création d’un RER à la Lyonnaise a subitement pris un coup de projecteur dimanche 27 novembre. Dans une vidéo publiée sur YouTube, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé vouloir développer un équivalent du RER francilien dans dix métropoles françaises comme alternative à la voiture, avec notamment la volonté d'accélérer des projets existants.

"Pour tenir notre ambition écologique, je veux qu'on se dote d'une grande ambition nationale: dans dix grandes agglomérations, dans dix métropoles françaises, de développer un réseau de RER, un réseau de trains urbains", a exposé le chef de l'Etat dans une séquence postée sur YouTube, dans laquelle il répond à des questions d'internautes sur l’écologie.

"Le RER ce n'est pas que sur Paris"

"Le RER ce n'est pas que sur Paris", a plaidé le président. "C'est un super objectif pour l'écologie, l'économie, la qualité de vie" dans les villes "où il y a des thromboses, trop de circulation", a-t-il ajouté. Selon son entourage, il s'agit de faire en sorte que dans ces grandes métropoles "congestionnées, les personnes qui ont des trajets pendulaires puissent les faire sans voiture, en décarbonant leurs trajets grâce à ces RER métropolitains".

Pour l’heure, le président de la République n’a pas fixé d’objectif, de calendrier ni chiffré les investissements nécessaires pour développer ces réseaux métropolitains. Seule réelle information d’ordre technique, c'est la Première ministre Elisabeth Borne, chargée de la planification écologique, qui devra détailler puis superviser ces grands travaux, a précisé l’Elysée.

"Nous sommes prêts à Lyon"

Avant les annonces du président, une quinzaine de projets étaient à l’étude au niveau national. Il s’agira donc de "mettre un coup d'accélérateur" pour donner la priorité à dix d'entre eux, a précisé un conseiller élyséen à l’AFP, en évoquant parmi les probables villes sélectionnées Lille, Bordeaux, Lyon, Grenoble et Aix-Marseille.

Des annonces que n’ont pas manqué de saisir les élus écologistes lyonnais. Sur Twitter, peu après la publication de la vidéo, le maire de Lyon Grégory Doucet se disait déjà "prêt" pour accueillir un tel projet dans la Capitale des Gaules, évoquant "une politique dans l'intérêt de toutes et tous".

Un engouement partagé par le vice-président de la métropole de Lyon en charge des mobilités, Fabien Bagnon pour qui "la création d'un RER à la lyonnaise pour compléter le développement du co-voiturage, des transports en commun, du vélo et de la marche" est "indispensable". En revanche, pas encore de message du côté de Laurent Wauquiez, le président de la Région, qui sera inévitablement l’un des grands acteurs de ce dossier.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut