C’est de la base aérienne du mont Verdun, à Limonest, que la défense aérienne française se joue. C’est danse cette pièce que 7 jours/7, 24 heures/24, une cinquantaine de militaires surveillent sur une kyrielle de “scopes” (écrans) le ciel français, que survolent quotidiennement 15 000 avions. Toute potentielle menace est évaluée. Le cas échéant, des missions d’interception sont ordonnées.

Crash en mer Baltique : la base de Lyon Mont Verdun a envoyé un Rafale

Un avion de huit places en provenance d'Espagne s'est écrasé dimanche 4 septembre dans la mer Baltique. Avant le crash, le Centre national des opérations ariennes (CNOA) de Lyon Mont Verdun avait envoyé un avion pour tenter de rétablir un contact radio avec l'avion en difficulté.

Le Centre national des opérations ariennes (CNOA) de Lyon Mont Verdun s'est retrouvé au cœur des opérations de secours autour de l'avion bi-réacteur qui s'est crashé dimanche 4 septembre dans la mer Baltique.

Avant son crash, l'appareil, parti d'Espagne et immatriculé en Autriche, a inquiété la police du ciel après avoir cessé tout contact radio.

Alerté par les autorités espagnoles de probables difficultés de pressurisation de l'appareille CNOA de Lyon Mont Verdun a ordonné le décollage sur alerte d'un Rafale, mais "les tentatives de contact radio se sont révélées infructueuses" et "les contacts visuels n'ont pas permis d'observer une quelconque activité dans le cockpit", a expliqué après coup l'armée de l'Air.

L'avion a été longuement escorté avant son crash

L'avion, un biréacteur de 8 places, s'est écrasé au large des côtes lettonnes, après une longue absence de contact radio, a précisé l'armée de l'Air française dans un communiqué. L'appareil, un CESSNA 551 immatriculé en Autriche, en provenance de Jerez, a été escorté par la police du ciel française puis allemande pendant son passage dans les espaces aériens belge, luxembourgeois puis allemand.

En Allemagne, à l'approche de Cologne, un Eurofighter de la Lutwaffe a pris le relais pour surveiller l'avion. "Le CESSNA a poursuivi sa route au-delà de Cologne puis s'est abîmé en mer Baltique au large des côtes lettones aux alentours de 19H45", poursuit le communiqué.

Une enquête devra faire la lumière sur les causes de l'accident.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut