confinement à Lyon

Coronavirus à Lyon : restrictions, contaminations, hospitalisations... quelle situation au 1er jour du confinement ?

Dans le Rhône, ce samedi 27 mars marque le premier jour du troisième confinement de cette année de crise sanitaire du coronavirus. Nouvelles restrictions, situation épidémique, pression hospitalière... Lyon Capitale fait le point.

Un an plus tard, Lyon est à nouveau confinée. Pour la troisième fois en un an, les Lyonnais expérimentent une mise sous cloche de leur ville, leurs activités professionnelles et leurs interactions sociales. Depuis ce vendredi 26 mars à minuit, le département du Rhône est à nouveau confiné, rejoignant avec l'Aube et la Nièvre la liste des 16 territoires déjà concernés par cette mesure.

Un troisième confinement allégé

Ce samedi 27 mars, comme pour les quatre semaines suivantes, des restrictions entrent en vigueur concernant les déplacements et l'ouverture des commerces. Cependant, ce troisième confinement n'a pas grand chose à voir avec le premier, il y a tout juste un an :

  • De 6h à 19h les déplacements hors du domicile ne sont autorisés que dans un rayon de 10 km autour de chez soi, sans limite de temps. Les déplacements entre les régions, eux, sont interdits sauf motifs professionnels ou impérieux. A Lyon, les Berges du Rhône restent ouvertes.
  • Le couvre-feu est maintenu entre 19h et 6h du matin, avec les exceptions déjà existantes (travail, animaux de compagnie, rendez-vous médicaux...).
  • Les commerces distribuant des produits de première nécessité restent ouverts, ainsi que les libraires, les coiffeurs, les chocolatiers, les fleuristes et les disquaires.
  • Les maternelles, écoles élémentaires et collèges restent ouverts. Les lycées vont eux passer en “demi-jauge”.

Taux d'incidence de 432 dans le Rhône ce mardi

C'est la brutale et forte augmentation du taux d'incidence dans le Rhône qui a motivé cette décision annoncée ce jeudi par le ministre de la Santé, Olivier Véran. Ainsi, au 23 mars, il était de 432 dans le département, soit deux fois plus qu'il y a 15 jours, et ne semblait pas prêt à ralentir (graphique ici). En cause : le variant britannique du coronavirus, qui représente 83 % des contaminations dans le Rhône d'après les derniers chiffres. Dans les établissements scolaires, reflets de la circulation du virus sur le territoire, l'augmentation du nombre de cas a été particulièrement forte sur le mois de mars avec pour conséquence un taux d'incidence qui monte en flèche chez les 0-19 ans et les les jeunes adultes (20-29 ans). En revanche, la vaccination semble commencer à porter ses fruits chez les plus âgés, qui sont pour l'instant moins touchés.

Dans les hôpitaux de Lyon, "la tendance est à la hausse"

Dans les hôpitaux, on se prépare à une troisième vague d'ampleur. Ce jeudi, les HCL ont augmenté leur capacité de lits de réanimation à 186 (contre 139 en temps normal). Pour le moment, la situation est moins dramatique qu'au plus fort de la deuxième vague, mi-novembre, où les hôpitaux des HCL avaient dû accueillir jusqu'à 172 patients covid. "Mais la tendance est à la hausse depuis le début de la semaine, prévient Raymond Le Moign, directeur général des HCL. On est remontés entre 85 et 90 patients covid-19 dans les HCL depuis deux-trois jours." Dans la région comme dans le département du Rhône, les hospitalisations pour COVID-19 sont en hausse depuis la semaine dernière (graphique ici).

Lire aussi :"On entre dans la 3e vague à Lyon" : entretien avec le directeur des hôpitaux lyonnais

 

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut