Pharmacie ©Photo by Pascal GUYOT / AFP

Coronavirus : à Lyon, on a testé le test antigénique avec le résultat en 20 minutes, comment ça marche ?

Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, souhaite une campagne de dépistage massive dans la région avant les fêtes de Noël. 2 millions de tests ont été précommandés par la région, majoritairement antigéniques. Avec ces tests, le résultat est obtenu entre 15 et 30 minutes. Mais sont-ils fiables ? Est-ce que cela marche ? Nous avons testé à Lyon.

En grandes pompes, Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé une campagne de dépistage massive avant les fêtes de Noël dans la région, la plus touchée par cette 2e vague de l'épidémie de coronavirus (lire ici).

"L’objectif est d’étaler cette campagne de tests sur une semaine avant les fêtes de fin d’année pour détecter massivement les porteurs du virus, explique la région Auvergne-Rhône-Alpes. "L’un des principaux problèmes, identifié par un grand nombre d’épidémiologistes et de virologues, est qu’on teste quand il est trop tard, quand la personne est déjà malade. Il convient aujourd’hui, pour casser la chaîne de contamination, d’identifier également ceux qui ne présentent pas de symptômes mais qui sont pour autant porteurs du Covid-19 et qui, sans le savoir, contaminent à leur tour".

C'est aussi un prélèvement dans le nez

2 millions de tests ont été précommandés par la région pour la campagne de dépistage massive en décembre, majoritairement antigéniques. Nous avons testé ce fameux test antigénique, dont le résultat est disponible entre 15 et 30 minutes. Car 550 000 tests antigéniques sont déjà déployés dans la région. Notamment dans les pharmacies et dans les cabinets médicaux.

Un test antigénique, c'est quoi ? A l'instar du traditionnel test PCR, le test antigénique détecte la présence du virus à l'instant t chez une personne. Comme pour le test PCR, c'est un prélèvement dans le nez. C'est désagréable. Mais pas douloureux.

Un résultat... en 20 minutes

Nous avons pris rendez-vous, lundi, dans une pharmacie du 2e arrondissement de Lyon qui pratique ce test antigénique. 20 minutes pile après le prélèvement, nous avions le résultat.

Comment ce résultat est traité ? "Le prélèvement effectué est mis dans un fluide permettant de détecter les antigènes viraux à l’aide d’un réactif contenant des anticorps. La lecture du résultat se fait visuellement comme pour une bandelette urinaire ou un test de grossesse", explique l'agence régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes.

Les tests PCR sont réalisés dans les laboratoires de biologie médicale, hospitaliers ou de ville. Les tests antigéniques peuvent être réalisés hors laboratoire de biologie. Ces tests peuvent être effectués dans les cabinets médicaux ou des pharmacies.

Des tests moins fiables

Sauf que ces tests antigéniques... sont beaucoup moins fiables que les tests PCR. "Il faut faire très attention avec ces tests : si vous êtes négatif, cela ne veut pas forcément dire que vous êtes négatif", souligne le Professeur Frédéric Laurent, responsable des centres de dépistages PCR des Hospices Civils de Lyon, dans les colonnes du Progrès. Il prend l'exemple du cluster de l'école centrale de Lyon. Sur un échantillon de test sur 500 personnes, 101 tests se sont révélés positifs en PCR... et seulement 54 en tests antigéniques. "Cela veut dire que sur les 446 déclarés négatifs (avec les tests antigéniques), 46 avaient le covid mais pensaient ne pas l'avoir...", poursuit le Professeur lyonnais.

Cela peut évidemment poser de grandes questions pour les fêtes de Noël. Des personnes testées négatives pourraient avoir en réalité le virus... tout en pensant ne pas l'avoir. Comment casser vraiment les chaînes de contamination alors ?

"La fiabilité sur les asymptomatiques est faible"

"L'outil de référence reste le test PCR. L'avantage du test antigénique, c'est qu'il est rapide et qu'effectivement, cela permet d'isoler rapidement les cas positifs, explique Carine Wolf-Thal, présidente du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens, sur franceinfo. La faiblesse de ce test, c'est sur les résultats négatifs parce que effectivement, ça ne garantit pas, malgré un résultat négatif, que l'on n'est pas porteur du Covid à cause de la plus faible fiabilité de ces tests".

"La fiabilité sur les asymptomatiques est faible. Très rapidement, on peut effectivement tomber à 1 cas sur 3 de faux négatifs. C'est donc à contrebalancer avec l'avantage de dépister rapidement des positifs et d'isoler ces personnes, et de les prendre en charge, surtout si elles ont des symptômes", poursuit la présidente du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens.

Environ 3 000 pharmacies proposent ce test antigénique actuellement en France.

Véran "croit beaucoup aux tests antigéniques"

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a qualifié mardi "d’effet d’annonce" la décision de Laurent Wauquiez de proposer une campagne massive de tests gratuits aux habitants de sa région. Toutefois, le ministre de la Santé avait assuré lundi "croire beaucoup aux tests antigéniques" dans un entretien accordé aux journaux du groupe EBRA.

"Un test antigénique positif assure le diagnostic, résume le ministre. Un résultat négatif n’est lui pas fiable à 100 %, et pourra être confirmé en laboratoire en cas de symptômes. À noter que la plupart des scientifiques considèrent qu’un test antigénique négatif chez une personne asymptomatique impliquerait une charge virale faible. Le risque que vous soyez contagieux serait donc plus réduit", a ajouté le ministre de la Santé.

Les tests antigéniques et les campagnes massives de dépistage vont assurément être le sujet de nombreux débats au cours des prochains jours et semaines.

14 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - mar 17 Nov 20 à 13 h 06

    C'est l'histoire d'une société qui a les connaissances techniques pour avoir des tests bien plus pointus que ceux proposés par ce président de région et ce ministre.

    C'est l'histoire d'une société qui peut parfaitement organiser à un moment T (et non à "chacun son moment de test, qui évidemment ne permettra pas de neutraliser les transmissions vu que des "positifs" pourront transmettre ensuite à des gens qui sont négatifs) ce genre de test.

    MAIS
    ça coûterait trop cher de s'organiser ainsi.
    (Sauf que finalement, vu le chaos économique de la dette et du reste qui se met en place, ça coûterait probablement moins cher de dire "STOP pendant 1 semaine, on teste tout le monde et on reste chez soi (en s'étant préparés) en organisant la collecte des tests".)

    Raisonner avec la monnaie comme ordre suprême (et en plus à court terme), mène au gros n'importe quoi.
    🙂
    Comme d'hab.

    Modéré
    1. Galapiat - mar 17 Nov 20 à 23 h 35

      Comme d'hab , faute de connaissances tu ramènes tout au fric, Attends un peu de perdre un être cher , tu ne raisonnera plus en monnaie.

      Modéré
  2. Pije - mar 17 Nov 20 à 19 h 01

    Quelques chiffres :
    2 millions de test pour une population de 8 millions d'habitants en région AURA
    2 millions de test en 1 semaine c'est entre 300 000 et 500 000 tests par jour
    A raison de 100 à 200 prélèvement par personne c'est entre 1 500 et 5 000 préleveurs sur la région
    Les laboratoires ont en général 1 ou 2 préleveurs
    Sur le Rhône il n'y a que 159 laboratoires (source pages jaunes)

    J'ai comme l'impression que yaka faux-con a encore sévi

    Signaler un commentaire inapproprié
    1. Abolition_de_la_monnaie - mar 17 Nov 20 à 19 h 09

      J'ai comme l'impression que vous avez compris avec vos calculs que la société est incapable de résoudre le problème actuel, pour raison de "budget" (d'utilisation de monnaie)
      🙂

      Signaler un commentaire inapproprié
      1. Pije - mar 17 Nov 20 à 19 h 12

        Je n'ai pas parler d'argent mais juste du nombre de préleveur
        C'est un acte médical que seuls certains maitrisent
        Pour avoir été testé 2 fois en octobre je sais qu'il vaut mieux avoir en face de soit une personne ayant de l'expérience.

        Signaler un commentaire inapproprié
        1. Abolition_de_la_monnaie - mar 17 Nov 20 à 19 h 27

          Et la formation aux bons gestes a un coût monétaire.

          Signaler un commentaire inapproprié
          1. Galapiat - mar 17 Nov 20 à 23 h 29

            celle de la bêtise gratuite, tu en profites bien.

          2. Pije - mer 18 Nov 20 à 9 h 42

            Mon questionnement c'est juste que d'ici la 3ème semaine de décembre il faut avoir un nombre conséquent de préleveurs
            J'ai vu par ailleurs que le président de région parle de 1000 centres de prélèvement et indique que les pharmaciens et les infirmières seraient potentiellement préleveurs = ils ne seront plus disponibles pour leur mission habituelle ?
            La logistique et l'organisation c'est avant tout un problème de moyens et de disponibilité. Oublier cela c'est aller au devant de désillusion.

          3. Abolition_de_la_monnaie - mer 18 Nov 20 à 9 h 50

            Tout à fait, un problème de moyens... monétaires : les budgets.

            Avec leur cascade de conflits d'intérêts (qui va payer ? qui va être payé ?). Beaucoup croient que l'humain est autre chose qu'un tiroir caisse, mais si c'est vrai dans ses dimensions intellectuelles et physiques, dans la réalité absolue de tous les jours, tant qu'on reste dans un système monétaire, chacun de nos gestes et pensées est dicté par le fric, chaque minute qui passe équivaut à "de l'argent" (salaire, coût pour se nourrir, pour se loger, impôts à payer, etc.)

          4. Pije - mer 18 Nov 20 à 18 h 49

            Si il n'y a pas assez de préleveurs en clair pas assez de personnes compétentes pour prélever même avec tout l'or du monde ils ne vont pas devenir compétent parce vous l'avez décidé.

            Pour le reste comme il vous plaira puisque tout est monnaie pour vous.

          5. Abolition_de_la_monnaie - mer 18 Nov 20 à 19 h 10

            Je parie qu'avec "tout l'or du monde" vous trouverez facilement des gens en nombre suffisant et avec suffisamment de personnels compétant pour les former à faire le travail :o)

            D'ailleurs, quand en France le gouvernement a dit "on ne trouve personne pour faire le travail", en Italie ils ont recruté plein d'infirmières et de personnels soignants... en les payant mieux.

          6. Pije - mer 18 Nov 20 à 19 h 37

            Formés en quelques semaines et par ailleurs inactifs pour de venir compétents sur une opération d'une semaine !!!

            Désolé pour mon humour déplacé mais avec votre "compétant" on a évité le pire pour un confiné comme moi (attention au m et é et aux espaces sauvages au milieu des mots).

  3. Galapiat - mar 17 Nov 20 à 23 h 32

    Veran croit aux tests ! les français ne croient plus en Veran.

    Modéré
    1. K-L - mer 18 Nov 20 à 17 h 10

      Vous parlez au nom des Français ? Parce que je ne me retrouve pas dans vos propos qui ne concernent, de fait, que vous.

      Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut