Piétonnisation à Lyon

Coronavirus à Lyon : des trottoirs de 2,5 m de large, voire plus ?

Le Cerema vient de publier ses recommandations sur la largeur des trottoirs après le confinement. De l'urbanisme tactique sera nécessaire pour atteindre l'objectif donné et respecter les distances en raison du coronavirus COVID-19.

Comment rééquilibrer l'espace rapidement les villes pour maintenir la distanciation sociale entre les individus dans le contexte de l'épidémie de coronavirus COVID-19 ? C'est là que l'urbanisme tactique entre en jeu. Il s'agit d'outils rapides à déployer dans les villes pour agrandir les trottoirs, ajouter de nouvelles pistes cyclables, en utilisant tout ce qui est possible : signalétique, bornes, barrières.

Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld a annoncé mi-avril sa volonté de déployer de l'urbanisme tactique dans les communes qui en feront la demande pour préparer le déconfinement (lire ici). Néanmoins, l'urbanisme tactique ne doit pas tomber dans un piège grossier : privilégier le tout vélo en oubliant les piétons qui restent la clé de voûte. 

Des trottoirs de 2,5 mètres

Dans ce sens, le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) a publié ses recommandations pour la largeur des trottoirs qui permettrait une distanciation nécessaire entre les individus dans le contexte du coronavirus COVID-19.

"La réglementation accessibilité prévoit une largeur minimale de cheminements sans obstacle de 1,40 m. Le Cerema recommande une largeur de 2,50 m pour les trottoirs.Cette recommandation concerne le trottoir banal sur lequel on chemine et où il n’est pas prévu de stockage de piétons. Le contexte actuel montre bien l’importance de ces exigences et que les règles de distanciation physique peuvent difficilement être respectées en-dessous de cette largeur de 2,50 m recommandée", précise l'organisme public (voir ici).

"Dans des rues où les flux piétons sont très importants (magistrales piétonnes, grands boulevards, rues touristiques …) ou bien à proximité d’équipements, il est préférable de dimensionner plus généreusement les espaces dédiés aux piétons", ajoute-t-il tout en accompagnant ses recommandations de deux exemples (voir ci-dessous).

À Lyon, le respect de telles recommandations entraînerait, par exemple, la fin du projet décrié de végétalisation sur la rue Édouard Herriot. En effet, ce dernier, initié par Gérard Collomb, a consisté à prendre de la place sur les couloirs de bus et aménagements cyclables pour poser des bacs à fleurs sans toucher à celle de la voiture individuelle. Or l'urbanisme tactique repose sur un rééquilibrage des villes construites essentiellement autour de la voiture. 

Cerama
Cerema

à lire également
Coronavirus à Lyon - police à la Guillotière
Si contrairement aux habitants de Vaulx-en-Velin ou de la Guillotière, ceux de la Presqu’île de Lyon ont pu profiter d'un grand calme durant le confinement, les nuisances sont de retour rue Édouard Herriot.
Faire défiler vers le haut