Photo : CES 2022

CES : 36 startups de la région Auvergne-Rhône-Alpes seront à Las Vegas

36 entreprises de la région Auvergne-Rhône-Alpes présenteront leurs innovations au CES de Las Vegas en janvier prochain.

Pour l'édition 2022, 30 entreprises de la région Auvergne-Rhône-Alpes s'étaient rendues à Las Vegas pour le Consumer electronics show (CES). Cette année, elles seront 36 à aller exposer leurs produits au plus grand salon de l'innovation technologique du monde qui se tiendra du 5 au 8 janvier 2023.

20 % de la délégation française

A elle seule, la délégation Auvergne-Rhône-Alpes représente "presque 20 %" de toutes les entreprises françaises présentes au salon, note Erasmia Dupenloup, directrice générale de Minalogic, pôle de compétitivité auralpin qui accompagne les entreprises de la région. Parmi elles, 15 ont été sélectionnées par le CES pour participer au "CES Unveiled", salon exclusivement réservés aux acteurs économiques et médiatiques.

Parmi les 36 participants, Lyon Capitale a sélectionné ses trois coup de cœur :

Le scanner Admir. Photo : Admir
  • La start-up Admir, basée à Voiron, présentera par exemple un scanner laser infrarouge permettant, entre autres, "de diagnostiquer les cancers en seulement une heure, contre deux à sept jours avec les technologies actuelles", détaille Laurent Duraffourg, PDG de l'entreprise. L'objectif est ainsi de diagnostiquer plus vite les cancers, qui, selon Santé publique France, ont augmenté de 93 % chez la femme entre 1990 et 2018.
Seve Up travaille notamment avec EDF. Photo : Seve Up
  • Seve-up, créée en 2018 et basée à Clermont-Ferrand propose quant à elle un logiciel destiné au secteur de la construction. Le constat : "93 % des données générées lors de chantiers ne sont jamais utilisée", détaille Julien Mercier, co-fondateur de l'entreprise. Ainsi, le logiciel développé par Seve-up récupère, nettoie et présente sous forme de graphique 3D des données "à destination des décideurs" et de leurs clients.
Ce dispositif permettrait de remplacer les piles des alarmes ou thermostats. Photo : Dracula
  • Dracula Technologies, basée à Valence, est née en 2012. Après une dizaine d'années de recherche et développement, elle fabrique "des petits modules photovoltaïques organiques". Ces modules sont capables de capter la lumière ambiante, qu'elle soit naturelle ou artificielle. L'objectif est ainsi de pouvoir remplacer les piles contenues par exemple dans des alarmes ou des télécommandes de télévision.
Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut