CGT drapeau
© Tim Douet

Bâtiments publics à Lyon : en grève, les agents n'allumeront pas le chauffage

Une grève d'un mois, reconductible, a débuté le 18 octobre. Sans grand effet pour l'instant, puisque l'allumage du chauffage des bâtiments de la ville de Lyon a été repoussé au 1er novembre par le plan de sobriété énergétique.

"Ça va cailler chez les écolos, il va falloir sortir vos cols roulés!" avertit la CGT Ville de Lyon dans un communiqué envoyé mercredi 19 octobre à la presse. Le syndicat y annonce que le collectif des agents spécialisés de Caluire de la Direction Gestion Technique des bâtiments s'est mis en grève depuis le 18 octobre 2022, et par conséquent a décidé de ne pas mener à bien leur mission, à savoir allumer le chauffage dans l'ensemble des bâtiments publics.

La mesure a pour le moment peu de chance d'avoir beaucoup d'effet. La mairie a en effet décidé, dans le cadre du plan de sobriété énergétique, de ne mettre en route le chauffage que le 1er novembre – et non le 15 octobre, comme d'habitude – "dans la quasi-totalité des bâtiments municipaux, sauf les écoles en raison des vacances scolaires, pour lesquelles la mise en route se fera à la reprise le 7 novembre", comme le confirme la ville. "Pour le moment, ils ont de la chance, il fait beau", admet Sébastien Douillet, secrétaire général CGT Ville de Lyon. "On verra si c'est toujours le cas le 1er novembre".

Revalorisation du régime indemnitaire

Selon lui, la grève qui concerne une trentaine d'agents est appelée à durer. "Ils sont remontés, ils me parlent de bloquer un entrepôt avec des camions". Car les négociations qui avaient été entamées lundi 17 octobre, se sont selon M. Douillet "très mal passées", "l'administration se contentant de proposer aux agents de travaillent davantage", mettant fin au dialogue entre les deux parties. À l'origine du mouvement, le syndicat invoque le "manque de personnel", le "manque de reconnaissance et de rémunération" et la "perte de sens au travail". Avec pour conséquence, "des agents qui partent, et la difficulté à en recruter d'autres, quand ils peuvent gagner beaucoup mieux leur vie dans le privé".

"Un électricien ou un chauffagiste doit être à la fois un hydraulicien, faire de la télégestion, faire  du contrôle réglementaire, faire des levées de réserves, appeler les fournisseurs, chercher les  références, faire des devis, faire du suivi de chantier et être administrateur sur leur PC pour installer des nouveaux logiciels. Tout ça avec des salaires à 1400 euros net par mois."  dénonce la CGT Ville de Lyon.

Les agents revendiquent une revalorisation de leur régime indemnitaire de 200€ par mois, ainsi qu'une astreinte plomberie qui, selon le communiqué, "reviendrait moins chère à la direction que de faire appel à une entreprise privée", ce qui est la cas actuellement. Cette grève s'ajoute à d'autres mouvements au sein des services de la ville : mardi 18 octobre, les salariés de l'Opéra étaiement mobilisés   les services de l'Education notamment, viennent de déposer un préavis pour le 10 novembre.

 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut