Aurélien Peyron, l’un des finalistes du concours "Ma thèse en 180 secondes", concours international de vulgarisation scientifique pour les doctorants.
Aurélien Peyron, l’un des finalistes du concours « Ma thèse en 180 secondes », concours international de vulgarisation scientifique pour les doctorants.

Aurélien Peyron: "bactériologie et ingénierie cellulaire" #MT180

Aurélien Peyron, étudiant à l’Université Jean Monnet, fait partie des 14 finalistes lyonnais du concours "Ma thèse en 180 secondes". Il propose une thèse sur ses recherches sur la bactériologie et l'ingénierie cellulaire.

Ma thèse en 180 secondes permet aux doctorants de présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive !

A l'occasion de la finale lyonnaise qui se tiendra à Lyon le 24 mars prochain, dans le Grand amphithéâtre de l'Université de Lyon (inscriptions ici) Lyon Capitale - partenaire média de l'événement régional, national et international -  vous présente les 14 candidats lyonnais du concours.

Nom/Prénom

Aurélien Peyron

Établissement

Université Jean Monnet

Thématique de son sujet de thèse

Bactériologie et ingénierie cellulaire

Intitulé de son sujet de thèse

Etude des mécanismes moléculaires impliqués dans l’invasion de la muqueuse par Staphylococcus capitis chez l’Homme

Son parcours en 5 dates 

2019 : Licence de Biologie cellulaire et Physiologie

2020 : Premier contrat de travail dans le monde scientifique à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne

2020 : Master 1 en Ingénierie de la santé

2021 : Master 2 en Ingénierie cellulaire et tissulaire

2021 : Début de mon doctorat

L’objet de sa thèse en 3 lignes 

Ma thèse se concentre sur l’étude d’une pandémie silencieuse de bactéries résistantes aux antibiotiques. La cible privilégiée de ces pathogènes sont des nouveau-nés prématurés. Le but de ma thèse est de comprendre comment cette bactérie infecte ces petits nourrissons.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Je suis passionné par les agents infectieux et par l’ingénierie biologique. L’un n’allant pas sans l’autre en infectiologie, ce choix était le plus naturel.

Pourquoi souhaitiez-vous participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

Par amour de la vulgarisation ! J’ai toujours adoré les différentes émissions scientifiques pour grand public étant jeune et je trouve cela très amusant de me retrouver de l’autre côté de ligne.

Comment appréhendez-vous cette finale ?

Avec un mélange étonnant d’excitation et de fierté. 

A 5 jours de la finale, voici les autres finalistes:

Laure Vergnaud

Luca Francone

Arthur Guérin-Turcq

Nathalie Vallet- Renart

Maïwenn Pineau

Maëlle Moranges

Bastien Marguet

Marion Crubezy

Gersende Fernandes

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut