Show part-dieu © tim douet_0091
TD

Après Le Bec, Collomb recadre Têtedoie

Cuisine et politique. Le lieu n'a pas encore ouvert que la polémique enfle déjà. Les Salins, ex-Rue Le Bec, devait devenir un restaurant-cabaret. Le maire de Lyon a refusé catégoriquement.

"Je ne vous cache pas qu'on est un peu déçu...". Christian Têtedoie en a gros sur la patate. Le maire de Lyon a opposé son véto à son projet de restaurant-cabaret au lieu et place de la Rue Le Bec.

Petit rappel des faits. Le 28 août dernier, le cuisinier étoilé et trois autres associés rachetaient la Rue Le Bec, l'établissement du Confluent de Nicolas Le Bec, alors en liquidation judiciaire. 100 000 euros tout rond. Une bouchée de pain, concédée par le tribunal de commerce compte tenu de la reprise de 40 des 49 salariés.

Les acquéreurs avaient l'intention de faire de l'ex duplex de 2 000 m2 de Nicolas Le Bec un restaurant à spectacles, en version cabaret. Un business plan plutôt malin pour faire tourner l'un des plus grands restaurants de la Presqu'Ile, installé dans un quartier en plein devenir (et en plein travaux). Car si la Rue Le Bec affichait 300 couverts par jour et 4 millions d'euros annuel de chiffre d'affaires, avec une cinquantaine d'employés, l'établissement enregistrait également plus de 4 millions d'euros de dettes. En imaginant un concept de restauration autour du divertissement - l'un des quatre associés n'est autre que l'ancien patron et fondateur du Boui-Boui Café Comique – la nouvelle équipe entendait bien relever le défi du Confluent, défi que n'avait pas réussi Nicolas Le Bec, endetté de plus de 4 millions d'euros.

Collomb décide aussi du nom

Mais le maire de Lyon a exclu tout projet de cabaret au Confluent. Selon le blog lyon-saveurs.fr, à qui il s'est confié, Gérard Collomb explique qu'il est "absolument contre l'arrivée d'un cabaret à la Confluence, qui ne correspond pas du tout à l'esprit (…). Je ne veux pas qu'il y ait trente cars ou plus qui déversent régulièrement des visiteurs dans ce quartier encore difficile d'accès. S'il le faut j'interdirai l'accès aux cars". Ça a le mérite d'être clair.

Côté acheteurs, c'est un peu la soupe à la grimace. "On avait envisagé quelques soirées de type cabaret, deux fois par semaine, explique Christian Têtedoie. Ce n'était pas énorme. Il y a eu une levée de boucliers de Gérard Collomb contre ce projet. J'ai entendu qu'il parlait de 20 ou 30 cars qui débarqueraient au Confluent. Si on avait 5 cars, c'était déjà bien....Bref, c'est une histoire oubliée, je ne veux pas polémiquer ". Mais Christian Têtedoie en a gros sur la patate, lui qui rachète à tout va, après son gastro de L'Antiquaille, son bistrot de la rue de la Charité et prochainement le mythique La Voûte – Chez Léa.

Le cuisinier lyonnais le plus vorace de ces dernières années - en nombre de projets, réalisés ou en cours – s'est donc fait retoquer par le maire de Lyon. Qui a également arrêté le nom du restaurant. Les acheteurs avaient proposé La Halle des Salins, le maire a préféré Les Salins.

En intervenant autant sur ce projet, le maire de Lyon prend un risque : en cas d’échec, certains ne manqueront pas de rappeler sa responsabilité. Nicolas Le Bec ne s’en était d’ailleurs pas privé au moment d’expliquer son départ de Lyon, lançant même dans les colonnes du Progrès : "Je reviendrai peut-être à Lyon quand Gérard Collomb ne sera plus maire de Lyon".

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut