Damien Abad a été nommé ministre des solidarités dans le nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne, malgré un signalement pour viol. © Tim Douet

Ain : accusé de viol, le nouveau ministre Abad n'envisage pas de démissionner

Nommé ministre des Solidarités vendredi 20 mai, Damien Abad se dit "innocent" des accusations de viol portées à son encontre par deux femmes.

"Un homme innocent doit-il démissionner? Je ne crois pas", a expliqué lundi soir Damien Abad, le nouveau ministre des Solidarités, et candidat à sa réélection comme député de l'Ain lors des prochaines législatives (12 et 19 juin).

Médiapart révèle que Damien Abad a été nommé ministre des Solidarités vendredi, malgré un signalement pour des faits présumés de viols. L'ancien chef de file des députés LR est accusé par deux femmes pour des faits remontant à 2010 et 2011. Dans l'un des deux cas, une plainte a été déposée mais finalement classée sans suite.

"Je conteste les accusations à mon encontre avec la plus grande fermeté (...) Je n'ai jamais violé une seule femme de ma vie", a ajouté le ministre. "Toutes les relations sexuelles que j'ai pu avoir dans ma vie ont toujours été mutuellement consenties", a-t-il ajouté, soulignant que, du fait de son handicap, les faits qui lui sont imputés étaient "matériellement impossibles".

Avant son entrée au gouvernement, le député de la 5e circonscription de l'Ain (notamment Ambérieu-en-Bugey) était le président du groupe LR, le principal groupe d'opposition, à l'Assemblée nationale.

Lire aussi : Ain : le nouveau ministre Damien Abad accusé de deux viols dans une enquête de Médiapart

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut