Cédric Van Styvendael, le maire de Villeurbanne. @Alex MARTIN / AFP)

Accueil des réfugiés afghans : le maire de Villeurbanne répond sèchement à la ministre Marlène Schiappa

270 places d'hébergements ont été mises en place la semaine dernière en Auvergne-Rhône-Alpes pour les réfugiés Afghans après la prise de pouvoir des Talibans mi-août en Afghanistan. Dont 44 à Villeurbanne. Ce qui a provoqué une petite polémique entre la ministre déléguée auprès du ministre de l’intérieur, chargée de la citoyenneté, Marlène Schiappa, et le maire de Villeurbanne, Cédric Van Styvendael.

"Conformément aux annonces du Président de la République, les opérations d’évacuation depuis Kaboul ont débuté mi-août. Afin de contribuer à l’hébergement des personnes évacuées d’Afghanistan sur l’ensemble du territoire national, un dispositif de prise en charge sera mis en place par Pascal Mailhos, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, préfet du Rhône, en lien avec les préfets de l’Isère et du Puy-de-Dôme ainsi que les élus locaux, dès cette semaine", précisait la Préfecture du Rhône la semaine dernière. Avec :

- 150 places d’hébergement à Lyon et Villeurbanne
- 60 places d’hébergement à Pont-de-Claix et Monbonnot-Saint-Martin
- 60 places d’hébergement à Clermont-Ferrand

44 réfugiés afghans ont été accueillis à Villeurbanne

Dans une lettre au maire de Villeurbanne (et dévoilée par le maire de Villeurbanne), Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’intérieur, chargée de la citoyenneté, remerciait le 27 août le maire de la 19e commune la plus peuplée de France pour s'être "porté volontaire pour accueillir des familles afghanes" tout en ajoutant "je constate néanmoins que votre offre de services pour accueillir ces réfugiés afghans n'a pas encore été suivie d'effets".

De quoi provoquer l'ire du maire socialiste de Villeurbanne. "J'ai le regret de vous informer que vous vous êtes trompée de destinataire", lui a rétorqué le maire lundi 30 août, indiquant avoir déjà accueilli 44 réfugiés afghans dans sa commune. "Je suis désolé d'avoir à porter moi-même ces éléments à votre connaissance. Pour ce qui me concerne, peut-être n'ai-je pas assez communiqué sur cet accueil. Il se trouve que je ne suis personnellement pas très à l'aise avec l'instrumentalisation de la souffrance pour mettre en scène sa propre générosité", a-t-il notamment ajouté.

Lire aussi : Crise en Afghanistan : 150 Afghans accueillis à Lyon et à Villeurbanne dès cette semaine

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut