Lancement Lyon Capitale

Sans Steve Jobs, Lyon Capitale n’aurait pas existé

Un petit local en bas des pentes de la Croix-Rousse. L’équivalent en francs de 12 000 euros. Beaucoup d’envie et de volonté, évidemment. Mais surtout, surtout… un petit ordinateur Macintosh. En 1994, c’étaient les moyens dont nous disposions pour la création de Lyon Capitale.

Car il faut bien l’avouer, sans cette petite machine créée quelques années plus tôt par Steve Jobs, fondateur d’Apple, Lyon Capitale n’aurait peut-être jamais vu le jour. Il faut se rappeler qu’auparavant, la réalisation d’un journal, avant son impression, nécessitait des moyens de production aujourd’hui inimaginables. Les ouvriers du Livre devaient être initiés aux codes numériques de gigantesques et coûteuses photocomposeuses qui permettaient de réaliser la mise en page d’un journal – via des manipulations très complexes et fastidieuses.

L’arrivée de l’ordinateur familial à la petite pomme a démocratisé la PAO. La mise en forme d’un journal est devenue alors accessible à toutes les entreprises de presse qui n’avaient plus à investir dans des budgets colossaux . Des budgets dont Lyon Capitale à ses débuts ne disposait évidemment pas.

Cette petite histoire, que nous racontons souvent à ceux qui viennent à la rédaction nous rendre visite peut sembler anecdotique. Cette ingénieuse trouvaille technologique, en réalité, préfigurait une révolution sociétale : site Internet, réseaux sociaux, blogs… Rien de moins qu’une formidable démocratisation de l’information. Tout cela n’est en définitive que le prolongement de cette petite porte que Steve Jobs a ouverte il y a presque trente ans. Il nous fallait lui rendre hommage.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut