stade

Menaces judiciaires : l’OL prévient les opposants au stade

Dans un communiqué, le club de Jean-Michel Aulas affirme qu’il ira en justice “si des propos diffamatoires, mensongers ou menaçants sont proférés à son encontre”. Ces derniers jours, les opposants au Grand Stade tentaient de mettre sous pression les conseillers généraux, qui s’apprêtent, vendredi, à voter une garantie de 40 millions d’euros pour la réalisation du stade des Lumières.

Trop, c'est trop. Dans un communiqué, l'Olympique lyonnais change de ton à l'égard des opposants au Grand Stade. Fini l'indifférence jouée, place aux menaces contre ces "activistes isolés, servant souvent des intérêts personnels". "Ces trublions tentent aujourd'hui de masquer leurs dernières défaites en énonçant des contre-vérités flagrantes et en menaçant de leur courroux les membres du conseil général du Rhône qui soutiennent depuis longtemps ce projet", raconte l'OL dans un communiqué.

Celui-ci fait écho au site Les Gones pour Gerland, qui publie la liste des élus centristes et socialistes qui devraient ce vendredi avaliser une garantie de 40 millions d'euros apportée par le Département à un prêt obligataire signé par Vinci. Dans un autre communiqué, le président de Déplacements citoyens voulait "ouvrir les yeux des conseillers généraux sur le projet OL Land et sur ce rapport qui a tout pour discréditer un peu plus le Département et, au-delà, l'ensemble de l'action publique". De son côté, CANOL, le collectif de contribuables lyonnais, affirmait que "l'Olympique lyonnais n'a pas les moyens de financer le Grand Stade (...) Il a dilapidé la totalité de la trésorerie obtenue lors de son introduction en Bourse".

"L'Olympique lyonnais ne tolérera pas ces procédés qui mêlent insultes et menaces, prévient le club de Lisandro Lopez dans un communiqué. Il saisira la justice, chaque fois qu'il le faudra, si des propos diffamatoires, mensongers ou menaçants sont proférés à son encontre."

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut