Jean-François Carenco © tim douet_0026
© tim douet

Le préfet en passe d’interdire le spectacle de Dieudonné

“Il y a des valeurs que l’on doit respecter en France, ce sont des valeurs qui nous rassemblent”, a argumenté Jean-François Carenco. Dans un communiqué, la préfecture expose les assises juridiques à une interdiction qui paraît très probable.

Le préfet vient de recevoir une circulaire du ministère de l'Intérieur l'invitant à interdire la tenue du spectacle de Dieudonné, attendu le 13 juin à la salle 3000. Au micro de Lyon Première, ce lundi matin, il a rappelé avoir proscrit le concert de Death In June, en octobre, au Ninkasi (lire ici). Une décision prise "sans coup férir, sans états d'âme".

"Il y a des valeurs que l'on doit respecter en France, ce sont des valeurs qui nous rassemblent", a argumenté Jean-François Carenco. "Cette circulaire m'aidera à prendre ma décision", a-t-il souligné, tout en reconnaissant ne "pas en avoir besoin" pour avoir une opinion sur le sujet.

Deux possibilités pour interdire un spectacle

Dans un communiqué, la préfecture expose les assises juridiques à une interdiction, qui découlent de la circulaire ministérielle. "Deux motifs peuvent être invoqués s’agissant de ce type de spectacles, explique la missive adressée aux rédactions. Le premier, classique, s’appuie sur le constat que l’autorité publique ne dispose d’aucun autre moyen que l’interdiction pour prévenir les troubles matériels qu’un tel spectacle est susceptible d’induire." Ce motif avait été évoqué dans l'affaire Death In June.

Pour Dieudonné, ce n'est pas ce levier qui sera activé. "Le second, jusqu’à présent peu usité, tient au fait que le spectacle constitue en lui-même un trouble à l’ordre public, dès lors qu’il porte atteinte par sa teneur à la dignité de la personne humaine. C’est précisément le cas pour les spectacles de Dieudonné. Les propos antisémites et racistes qui y sont tenus sont constitutifs d’infractions pénales délibérées et réitérées et n’appartiennent plus à la dimension artistique et créative", soutient la préfecture.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut