Réseau Free Mobile : des mauvais débits Internet 3G et 3G+ (MàJ : les débits sont toujours bas)

Depuis deux mois, les abonnés Free Mobile respirent. Les pannes et autres bugs sont du passé et tout semble fonctionner sans accroc. Pourtant, malgré les apparences, les débits 3G de Free Mobile sont désormais particulièrement mauvais.

Mise à jour du 21/06 à 12h15 : les débits sont toujours bas.

Le temps du "je n'ai pas pu t'appeler je suis chez Free Mobile" est révolu. Depuis fin avril, les abonnés du quatrième opérateur peuvent contacter leurs proches à tout moment. Fort de plus de 3,6 millions de clients d'après une étude Kantar, Free Mobile a également reçu le titre de meilleure relation client dans la catégorie téléphonie mobile. En apparence, plus rien ne semble empêcher la réussite de l'opérateur. Malgré tout, le tableau est loin d'être idyllique pour les accrocs aux Smartphones et à l'Internet mobile.

La chute

Depuis environ trois semaines, les débits 3G se sont effondrés. Sur Lyon, alors qu'il était à présent possible de surfer et de télécharger à des vitesses comprises entre 1000 kpbs et 5000 kpbs, avec un débit moyen situé autour de 2 000/2 500 kpbs, la situation a radicalement changé. D'après de nombreuses mesures effectuées dans toute la ville sur des antennes Free et Orange, entre 8h et 00h, il est désormais difficile de dépasser la barre des 1 200 kpbs tandis que le débit moyen se situe autour de 1000 kpbs. Pour s'assurer qu'il ne s'agissait pas d'un problème isolé, nous avons utilisé plusieurs smartphones différents (Nokia 900, Galaxy S III, iPhone 4S), ainsi que plusieurs lignes Free. Le constat est toujours le même : les débits sont très bas. La nuit, la situation s'améliore avec des débits situés autour de 2000 kpbs, voir plus. Selon plusieurs sources, la situation lyonnaise serait loin d’être une exception. Plusieurs utilisateurs de grande ville se plaignent du même problème.

Free et Orange, des différences de débit sur les mêmes antennes

Dans les zones géographiques où les communications Free Mobile passent par les antennes Orange via l'accord d'itinérance, nous avons réalisé les mêmes tests avec des lignes souscrites chez Sosh, la branche low-cost de l'opérateur historique. Dans ce cas de figure, alors qu'il s'agit des mêmes antennes, les débits sont excellents avec des mesures comprises entre 5000 et 8000 kpbs. Dès lors, réseau saturé, bridage délibéré, volonté de réduire le trafic pour limiter les frais d’itinérances ? Le mystère reste entier. Interrogé sur la question, Olivier Faure, directeur d'Orange Centre Est réfute tout bridage de la part de l'opérateur historique affirmant : "Free est l'un de nos plus gros client. Les problèmes d'interconnexion sont derrière nous et tout a été largement redimensionné. Cela ne vient pas de chez nous". Nous ne sommes pas parvenus à joindre Free pour l'instant.

Un problème de technophile ?

Dans les faits, les débits 3G de Free Mobile ne devraient pas gêner la majorité des utilisateurs. En navigation Internet, le problème est imperceptible sur les pages web légères. Il n'en est pas de même lors du téléchargement d'applications, d’un plan, d’une photo, d’une pièce jointe ou de streaming où il faut clairement s'armer de patience. Ainsi, il nous aura fallu environ 4 minutes 30 pour télécharger une application ou un fichier de 20 mo contre seulement 40 secondes avec une ligne Sosh (opération répétée plusieurs fois en extérieur).

Enfin, pour l'instant, mieux vaut renoncer à utiliser son mobile comme modem et partager sa créativité connexion avec une tablette ou un ordinateur portable. Les débits sont bien trop bas pour permettre une expérience convenable. Dans un contexte où les débits prennent un peu plus d'importance chaque jour, ceux de Free Mobile ne sont clairement pas bon. Face à des usages comme le cloud* nécessitant toujours plus de vitesse, l'opérateur a tout intérêt à remédier rapidement au problème. Il en va de sa crédibilité mais surtout de la démocratisation de l’Internet mobile qui n’est pas un simple gadget pouvant être soumis à l’aléatoire.

Mise à jour du 20/06 à 23h17 : suite à des tests réalisés par le magazine Capital, arrivant aux conclusions que les débits de Free Mobile étaient particulièrement bas, Iliad, maison-mère de l’opérateur, a réagi auprès de l’AFP : "Pour l'internet mobile, sur notre réseau en propre, on est pratiquement au niveau de Bouygues. Et en itinérance avec Orange, les capacités n'avaient probablement pas été ajoutées au moment de la mesure il y a quelques semaines".

Pour notre part, les mesures de Lyon Capitale ont été réalisées durant les trois dernières semaines. Les débits étaient toujours inférieurs à 1 200 kbps, ce mercredi 20 juin. Nous avons reçu et relevé des centaines de témoignages d’utilisateurs, constatant la même situation. Nous ne manquerons pas de continuer quotidiennement nos mesures et de vous informer sur l’évolution des débits.

Mise à jour du 21/06 à 12h15 : Ce matin, nous avons à nouveau réalisé de nombreux tests. Le verdict est toujours le même : les débits sont particulièrement bas.

* synchronisation des données en ligne

à lire également
Téléphone vintage
Le géant de la téléphonie, Orange, a annoncé la fin des téléphones fixes traditionnels d’ici 2023. Il faudra alors avoir une box internet, pour pouvoir continuer d’utiliser sa ligne fixe.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut