Daniel Charnay et Wojciech Wojcik derrière le premier site Web français
Daniel Charnay et Wojciech Wojcik derrière le premier site Web français. ET/LyonCapitale

Lyon : Ils fêtent l’anniversaire du Web là où tout a commencé

Les pionniers du web ont fêté les 30 ans de leur création au centre de calcul du CNRS, l'IN2P3.

Bienvenu à l’IN2P3“. Un cousin de C-3PO dans Star Wars  ? Un projet mégalo tiré d’un James Bond ? Rien de tout cela. L’acronyme du centre de calcul du CNRS à Villeurbanne interroge. Le centre de calcul de l’IN2P3, Institut national de physique nucléaire et de physique des particules, rassemble aujourd’hui 750 serveurs, 16 000 processeurs et 60 pétaoctets de données, en faisant donc le premier centre de France en termes de données stockées. C’est ici que les ingénieurs du CNRS, Wojciech Wojcik et Daniel Charnay, ont fêté le 30ème anniversaire du “World Wide Web“. Eux qui montèrent le premier serveur et donc la première page web en France.

Les débuts du Web

En effet, c’est en mars 1989 à Genève, que le Britannique Tim Berners-Lee, alors informaticien au CERN, le Conseil européen pour la recherche nucléaire, présente dans un exposé les principes du web. Une notion alors désignée par son supérieur comme “vague mais prometteuse“. L’idée était de partager aisément une information entre des physiciens travaillant à différents endroits de la planète. Les données nucléaires étaient très lourdes, expliquant peut-être pourquoi ces problématiques sont nées dans cette filière. “Avant cette invention, il était possible d’envoyer des fichiers et de correspondre par courrier électronique, mais pas d’avoir un exemplaire unique de référence stocké à un endroit donné et consultable par tous. “ précise un communiqué du centre de calcul. Autrement dit, Tim Berners-Lee regroupe et simplifie des technologies le précédant (IP, ARPANet, email, FTP, URL, Hypertext, HTLM…). Le premier serveur web au CERN était alors hébergé sur un ordinateur NeXT.

Le premier site français en 1992

Le CNRS étant un partenaire historique du CERN, les ingénieurs du centre de calcul de l’IN2P3 Wojciech Wojcik et Daniel Charnay crée la première page web du premier site français en 1992. Aujourd’hui disparue, elle rassemblait les informations de la carte de visite de lu centre de calcul, une photo du bâtiment villeurbannais, et les liens vers les premiers autres sites Web du monde.

Nous n’avons strictement rien n’inventé, on s’est juste servi des technologies existantes“ clamait Daniel Charnay en rendant hommage à Tim Berners-Lee à l’occasion du 30ème anniversaire du Web. L’ingénieur aux chaussures vert fluo explique ainsi les raisons du succès du Web : “C’était simple, gratuit, ouvert à tous car dans le domaine public. On pouvait coder n’importe comment, la page s’affichait“.

L’éducation pour palier aux dérives du Web

Lorsqu’on l’interroge sur les solutions pour lutter contre les problèmes actuellement récurrents du Web, comme les fakes news, les atteintes à la vie privées, les sites révisionnistes, terroristes… Daniel Charnay répond par “l’éducation des internautes“. “Il faut instruire les gens pour qu’ils sachent si une source est fiable. Ou sinon, mais c’est actuellement impossible, abolir l’anonymisation “précise-t-il. Wojciech Wojcik souhaite, lui, rendre les internautes “plus responsables de ce qu’ils publient. “ Dans cette veine, tous les deux se montrent pessimistes quant au projet “Solid“ de Tim Berners-Lee qui propose une refonte du Web avec des nouvelles règles de protection des données personnelles. Le propos de Daniel Charnay est clair : “Le principe du web, c’est la liberté. On risque donc de la perdre si on pose une chartre. “

Web et Internet : des notions à distinguer

 Attention cependant à ne pas confondre le Web (World Wide Web) avec Internet (interconneted network) comme le langage courant le fait souvent. “Internet“ est un système de réseaux informatiques reliés entre eux, qui permet d’envoyer des informations entre les ordinateurs. Le Web est l’outil qui permet de consulter des pages sur des sites en naviguant de contenu en contenu, comme une immense bibliothèque.

à lire également
Sans l’agriculture et l’adoption d’un régime contenant moins d’aliments durs, la formule lapidaire de victoire de Jules César en -47 sur le roi Pharnace II aurait plutôt donné "oueni, ouidi, ouici".

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut