Facebook Home disponible en France : notre test en images

Facebook Home commence à être disponible dans certains pays. Il se présente sous la forme d’une surcouche logicielle fonctionnant par-dessus le système d’exploitation Android et proposant un accès permanent à Facebook. Bonne idée ou gadget : verdict en images.

L’ouverture du système Android commence à se retourner contre Google. Amazon propose déjà des tablettes avec un environnement modifié pour pousser ses clients à acheter sur sa plateforme maison. Voici Facebook qui offre une surcouche logicielle pour conserver ses utilisateurs connectés en permanence. Pourtant le nom de Home, elle a été lancée le 12 avril aux États-Unis et n’est compatible qu’avec un petit nombre de smartphones Android : Galaxy S3 et S4, Note 2, HTC First, One et One X.

L’installation de Facebook Home est particulièrement simple : il suffit de télécharger l’application du même nom sur le Google Play.

Une fois activée, l'application Home se présente sous la forme d’une surcouche logicielle fonctionnant par-dessus le système Android et remplaçant les écrans de veille et d’accueil. Tout est parfaitement fluide et l’application est légère. Sur notre Galaxy S3, elle ne prend que 284 ko. Cependant, elle nécessite Facebook (34,46 Mo) et Messenger (16,92 Mo). Il faudra donc prévoir un peu plus de 50 Mo de stockage sur son mobile. Par ailleurs, Home ne fonctionne pas en mode paysage.

Dès son installation, les écrans de veille et d’accueil font défiler en permanence et automatiquement les derniers statuts des amis, accompagnés d’une photographie. L’effet est pour le moins fascinant pour ne pas dire hypnotisant. Les photos sont alors agrandies et ont tendance à pixeliser. Pour les voir en intégralité, il suffit de maintenir le doigt sur l’écran.

Il est possible de commenter facilement les statuts en cliquant dessus, ou de les aimer en tapotant deux fois sur l’image.

Les nouvelles notifications apparaissent sur l’écran d’accueil, par-dessus les statuts d’amis qui défilent toujours à l’arrière.

Pour ouvrir le menu général, il suffit de poser le doigt sur sa photo de profil située en bas de l’écran. Là, trois possibilités s’affichent : à gauche : Messenger, au centre : Applis, sur la droite : la dernière application lancée.

Messenger prend le pas sur l’application SMS de base. Il est ainsi possible de discuter avec ses amis via la plateforme de Facebook, mais aussi via les SMS et MMS "normaux".

Applis ouvre, comme son nom l’indique, le menu des applications, mais permet aussi de poster un nouveau statut, prendre des photos/vidéos ou lancer la fonction lieux pour trouver des commerces à proximité, par exemple.

Home remplace également l'application photo de base et l'envoi de cliché sur la page Facebook se fait de manière simple et intuitive.

Présent dans le menu application, le bouton "Plus..." permet de revenir sur le système Android classique. Un clic sur le bouton physique "home" du téléphone rouvre alors la surcouche Facebook home.

Le bouton menu des téléphones sous Android ouvre logiquement : le menu ! Peu de paramètres pour Home, il est cependant possible de désactiver la surcouche facilement.

Cependant, Facebook n’est pas fou : un simple clic sur l’icône de l’application Home, et la voilà de retour sous sa forme de surcouche. Pour s’en débarrasser, il faudra donc le désinstaller complètement.

Verdict :

Si vous êtes accro à Facebook, Home pourrait bien vous faire passer encore plus de temps sur le réseau social. Clairement chronophage, l’application pousse à regarder sans cesse les contenus des autres, les aimer et les commenter. Home est d’une certaine manière une réussite puisque ces quelques actions sont si intuitives qu’on se plait à la réaliser à tout instant.

Néanmoins, si vous considérez qu’un smartphone est avant tout un couteau suisse permettant de faire de nombreuses choses : Home n’est clairement pas fait pour vous. Le logiciel a la fâcheuse tendance de transformer le mobile en appareil monotâche, clairement dédié à Facebook.

On est loin de la philosophie d’Android qui a toujours été présenté comme un système polyvalent, multitâche et personnalisable. Avec Home, les Widgets, ces applications permettant de faire beaucoup de choses en restant sur la page d’accueil, disparaissent. Les autres usages, hors Facebook, ne sont plus intuitifs et on a parfois l’impression d’être revenu au temps du premier iPhone.

Pour notre part, Home est déjà désinstallé : l’application Facebook de base convient largement et sait rester à sa place. Home est clairement intrusif et cherche à conserver son utilisateur dans son monde. Il s’agit clairement de la première étape vers d’autres projets. Rien n’indique qu’à l’avenir, Home ne se mette pas à afficher de la publicité ou des "suggestions" commerciales directement sur l’écran du mobile. Nos smartphones sont les meilleurs mouchards du monde, ils restent toujours allumés à nos côtés. Avec Home, Facebook dispose désormais d’un vrai outil pour conserver ses utilisateurs en permanence dans son réseau, mais aussi collecter encore plus de données sur eux. Le réseau social n’est gratuit qu’en apparence. Aujourd’hui, Home rappelle que le prix à payer pour l’utiliser peut être cher en matière de vie privée.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut