David Kimelfeld et Gérard Collomb au conseil métropolitain, le 10 juillet 2017, jour de l'élection du premier © Tim Douet
Le maire de Lyon, et ex-ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron, se déclare officiellement candidat à la présidence de la métropole du Grand Lyon, occupée par David Kimelfeld depuis son départ pour Beauvau au printemps 2017.
Pascal Blache / Etienne Blanc © Tim Douet
Le maire du 6e arrondissement, Pascal Blache (Divers droite) rejoint Étienne Blanc (Les Républicains) dans la course aux municipales à Lyon.
Métro de Lyon – Station Foch © Tim Douet
Pour faire baisser le nombre de voitures en ville, et par extension la pollution, il n’y a pas de secret : il faut un réseau de transports en commun fiable, régulier et accessible. La mobilité sera LE thème des prochaines élections municipales et la gratuité du réseau TCL va s'inviter dans les débats. Mais, derrière les promesses, les usages seront juges de paix.
La maire du 1er arrondissement a présenté ce vendredi aux halles de la Martinière sa démarche programmatique en vue des élections municipales 2020 à Lyon. Égratignant au passage David Kimelfeld.
Nathalie Perrin-Gilbert au conseil municipal, le 19 novembre 2018 © Tim Douet
En 2020, Nathalie Perrin-Gilbert portera les couleurs de La France Insoumise. Après avoir conquis le 1er arrondissement en 2014, elle lorgne désormais sur la ville entière. En s’appuyant sur les Insoumis et sur des citoyens engagés associativement, elle se fixe l’objectif de “déconfisquer” une ville qui appartient aujourd’hui, dit-elle, à Gérard Collomb et à une “oligarchie politique et économique”. Entretien.
Nathalie Perrin-Gilbert, à l’hôtel de ville de Lyon – novembre 2018 © Tim Douet
À Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert s’affirme comme le nouveau visage de la gauche. Le succès viral (1,2 million de vues sur les réseaux sociaux) de son intervention ciselée lors de la réélection de Gérard Collomb l’a confirmé. Tout comme son alliance avec La France Insoumise, très heureuse d’avoir trouvé en elle une incarnation lyonnaise de son mouvement. […]
Une Lyon Capitale 783
Il n’y a décidément pas loin du Capitole à la roche tarpéienne. Quand on a assisté au concours d’éloges que fut le dernier conseil municipal de Gérard Collomb avant son départ à Paris, et constaté la froideur de celui qui a couronné son retour, on se dit qu’en dix-huit mois bien de l’eau a coulé sous les ponts de Lyon et d’ailleurs.
Étienne Blanc © Tim Douet
Encore méconnu à Lyon, Étienne Blanc, maire de Divonne-les-Bains et premier vice-président du conseil régional, sera le candidat Les Républicains à Lyon en 2020. Un homme politique autant salué pour ses talents d’orateur que critiqué pour son passé millonniste et son positionnement “très à droite” sur l’échiquier politique.
Le calendrier s'accélère. Après le retour de Gérard Collomb et avant son sacre annoncé du 5 novembre, la droite a décidé de riposter. Étienne Blanc et Pascal Blache sont officiellement candidats. S'ils ont vocation à se retrouver d'ici à 2020, leurs entrées en matière les éloignent. Pendant ce temps, David Kimelfeld affine sa stratégie et Gérard Collomb cajole ses élus. Pour mieux les dévorer ?
Rassemblement des soutiens à Collomb sur les quais du Rhône, en janvier 2008 © RRF
Lors des deux dernières campagnes municipales, Gérard Collomb a fait la différence grâce à un soutien large de personnalités de la société civile venues d’horizons politiques très divers. Pour l’instant, ils ne sont pas nombreux à se positionner en sa faveur pour 2020.

Posts navigation

1 2 3 4