Jean-Paul Bret (PS)
Le maire sortant a annoncé lors d’une conférence de presse mardi 11 juin qu’il ne briguerait pas un quatrième mandat consécutif à la mairie de Villeurbanne, ni à la métropole.
Patrice Verchère et Philippe Cochet
Né en 1946, le maire de Villeurbanne, Jean-Paul Bret vient d'annoncer qu'il ne se présenterait pas lors des municipales de 2020.
© Antoine Merlet
À l’instar de “Monsieur X contre De Gaulle”, le candidat mystère à la présidentielle de 1964 qui avait fait la une de L’Express (et s’avéra être Gaston Defferre), “Madame Z” est convaincue qu’il manque une candidature à Lyon pour tourner la page Collomb. En présentant – pour l’instant anonymement – sa candidature dans Lyon Capitale, cette personnalité lyonnaise espère susciter un large rassemblement de la gauche autour d’idées nouvelles pour l’agglomération.
Étienne Blanc, à l’hôtel de région, en mai 2018 © Tim Douet
À l'heure où les élus et candidats pour Lyon 2020 rabâchent inlassablement l'importance de "Lyon French Tech", ils sont parfois incapables de donner l'exemple d'un usage de l'écosystème numérique local. Gérard Collomb comme Étienne Blanc n’hébergent pas leur site Internet à Lyon, bien que l'un des deux fasse pire.
Denis Broliquier à la mairie de Lyon, le jour de la réélection de Gérard Collomb © Tim Douet – 5/11/18
Force dominante avant les années Collomb, les centristes affichent depuis, élection après élection, leur division et une stratégie illisible. Ils se vendent à la découpe et 2020 ne devrait pas faire exception à la loi lyonnaise du centre.
Capture d’écran 2014-02-28 à 19.39.25
La bataille des comités de soutien n’a pas encore eu lieu. Entre David Kimelfeld et Gérard Collomb, les milieux économiques, culturels ou associatifs ne veulent pas exprimer une préférence qui pourrait leur revenir comme un boomerang en 2020.
David Kimelfeld et Gérard Collomb, à la finale du Bocuse d’Or 2019 © Maxime Jegat / PhotoPQR MaxPPP
Le poison de la haine se propage entre Gérard Collomb et David Kimelfeld. En avril, chacun a clarifié ses ambitions et sa stratégie. Les mouvements de troupe s’apparentent aux préparatifs d’une guerre fratricide au sein des majorités, à la mairie de Lyon et à la métropole. Dans les deux camps, la perspective de s’affronter dans les urnes dans moins d’un an n’est plus exclue. Plongée dans les coulisses d’une bataille impitoyable.
David Kimelfeld et Gérard Collomb au conseil métropolitain, le 10 juillet 2017, jour de l'élection du premier © Tim Douet
Le maire de Lyon, et ex-ministre de l’Intérieur d’Emmanuel Macron, se déclare officiellement candidat à la présidence de la métropole du Grand Lyon, occupée par David Kimelfeld depuis son départ pour Beauvau au printemps 2017.
Pascal Blache / Etienne Blanc © Tim Douet
Le maire du 6e arrondissement, Pascal Blache (Divers droite) rejoint Étienne Blanc (Les Républicains) dans la course aux municipales à Lyon.
Métro de Lyon – Station Foch © Tim Douet
Pour faire baisser le nombre de voitures en ville, et par extension la pollution, il n’y a pas de secret : il faut un réseau de transports en commun fiable, régulier et accessible. La mobilité sera LE thème des prochaines élections municipales et la gratuité du réseau TCL va s'inviter dans les débats. Mais, derrière les promesses, les usages seront juges de paix.

Posts navigation

1 2 3 4 5