Run in Lyon : record de participation pour une édition très féminine

La 7e édition de Run in Lyon s’est déroulée ce week-end dans la capitale des Gaules. 33 000 coureurs ont déferlé dans les rues du centre-ville. Un record de participation historique qui traduit l’engouement de la population pour la course à pied.

La 7ème édition de Run in Lyon, place Bellecour.

© Amélie James
La 7ème édition de Run in Lyon, place Bellecour.

Du quai Tilsitt à la place Bellecour, 33 000 coureurs se sont élancés, avec une simple ambition : "dépasser ses propres limites". L’événement a rassemblé cette année 5 000 participants de plus qu’en 2015. Cette hausse de fréquentation témoigne de l’intérêt croissant pour la course à pied à Lyon, et plus généralement en France.

"Depuis quatre, cinq ans, on observe un réel engouement pour le running. De plus en plus, les gens expriment le besoin de décompresser à cause du stress dû au travail", explique Christophe Puginier, responsable running chez Amaury Sport Organisation, la société qui organise Run in Lyon. Une tendance largement renforcée par la volonté de la population d’améliorer sa qualité de vie, comme en témoigne Christophe Puginier : "Le running répond également à des besoins de bien-être. Aujourd’hui, on estime qu’il est important de se maintenir en forme physiquement."

La 7ème édition du Run in Lyon.

© Amélie James
La 7ème édition du Run in Lyonr.

Parmi les participants, les femmes sont très nombreuses. Cette année, sur le parcours du 10km, elles sont même majoritaires. Selon l’organisation, elles atteindraient "51 % sur la course du 10 km". Un première grandement symbolique. "Sur Run in Lyon, c’est la première fois que les femmes sont majoritaires sur une course. Cela démontre l’intérêt grandissant des femmes pour la course à pied", explique Christophe Puginier.

Une pratique qui séduit de plus en plus de femmes

Pourtant, la participation des femmes aux courses à pied n’a pas toujours été autorisée. En France, jusqu’en 1984, les courses de fond et demi-fond étaient réservées aux hommes. Après un long combat pour se faire accepter baskets aux pieds, elles sont finalement de plus en plus nombreuses à s’approprier la ville, le temps de quelques foulées. Des courses sont même devenues 100 % féminines, à l’image de l’événement "Courir pour elles", qui lutte contre les cancers féminins.

Laëtitia participe à la 7ème édition de Run in Lyon.

© Amélie James
Laëtitia participe à la 7ème édition de Run in Lyon.

"Le running est devenu très tendance, notamment chez les femmes. Il n’y a qu’à voir les magazines de mode féminin, on ne parle que de ça ! C’est un sport qui est très accessible, notamment pour celles qui ont des enfants", explique Laëtitia, 40 ans, venue participer à son premier Run in Lyon.

À 28 ans, Milène a, elle aussi, l’habitude de courir. Cette année, c'est avec ses collègues qu'elle a décidé de participer à Run in Lyon. "Le running me permet de me défouler en plein air. Il répond à un ensemble de besoins, dont celui de perdre du poids !" confie-t-elle.

Accessible, oui, mais à quel prix ?

Si la course à pied a su s’imposer au fil des années, c’est notamment grâce à son accessibilité. "Le running est un sport très pratique. Contrairement à d’autres sports, on n’a pas besoin de partenaire. Il suffit d’avoir des baskets pour courir n’importe où. C’est aussi un sport accessible d’un point de vue financier", explique Christophe Puginier.

Pourtant, le développement de cette pratique sportive a entraîné la multiplication des courses et autres épreuves, exigeant ainsi des équipements de pointe. Enfiler de simples baskets et un sweat-shirt semble presque révolu. Les équipementiers se sont donc, eux aussi, lancés dans la course.

La 7ème édition de Run in Lyon, place Bellecour.

© Amélie James
La 7ème édition de Run in Lyon, place Bellecour.

Au Village Santé, place Bellecour, de nombreuses sociétés spécialisées dans l’équipement sportif avaient installé un stand. Parmi elles, Herba Life. Spécialisée dans la vente de produits nutritionnels, elle attire de plus en plus de coureurs : "Aujourd’hui, le marché de la nutrition est en plein développement. De plus en plus de personnes achètent des produits pour améliorer leurs performances sportives", explique Stéphane Geljic, responsable du développement commercial d’Herbalife.

Quelques entreprises ont également misé sur la technologie de pointe. Désormais, GPS, montres connectées, oreillettes bluetooth et autres gadgets technologiques accompagnent de nombreux coureurs dans la plupart de leurs déplacements.

Si, au premier abord, la course à pied semble le sport populaire par excellence, elle peut s’avérer particulièrement coûteuse pour ceux qui souhaiteraient vivre avec leur temps…

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut