Camp de Roms © tim pouet_1128
© tim douet

Réunion en préfecture à propos des campements de l'agglo

"Campements et squats illicites en agglomération lyonnaise", tel est le thème d’une réunion d’agglomération convoquée cette après-midi par le préfet du Rhône, Jean-François Carenco. Même si la rencontre ne sera suivie d’aucune décision, elle est la première initiative pour équilibrer l’information auprès des communes du Grand Lyon.

Le préfet du Rhône, Jean-François Carenco convie cet après-midi tous les maires du Grand Lyon pour une réunion d’agglomération sur le thème : "campements et squats illicites en agglomération lyonnaise". Seule une dizaine d’entre eux sont présents en personnes. Vaulx-en-Velin, Villeurbanne, Vénissieux, Meyzieu, Bron, Décines, par exemple. Les autres sont représentés par leurs élus. Olivier Brochet, chargé de l’habitat et du logement social au Grand Lyon est lui aussi sur place.

Aucune décision ou annonce ne suivront. Le but de cette rencontre est d’informer les élus sur la situation dans l’agglomération et de leur exposer les solutions dont ils disposent. Car les niveaux d’information sont très disparates, selon la préfecture.

Quant aux associations qui œuvrent chaque jour sur le terrain auprès des Roms par exemple, seules deux d’entre elles sont conviées : Forum réfugiés et Médecins du monde. La première intervient dans le cadre du programme Andatu qui a permis depuis début 2012 à Lyon de faire bénéficier 400 Roms d’un titre de séjours, de logements, des cours de français et des formations professionnelles. Médecins du monde apporte son expertise vis-à-vis du "Protocole bidonvilles", qui a pour but d’améliorer les conditions de vie dans les bidonvilles.

D’autres associations lyonnaises, comme l’association CLASSES (qui encadre la scolarisation des enfants Roms) n’ont pas la parole, bien que leur place dans cette rencontre "semble tout à fait justifiée" selon certains de ses représentants. Malgré ce regret, une des ses membres, Gilberte Renard exprime sa satisfaction de voir un tel rendez-vous avoir lieu. "C’est une première démarche positive et l’on ne peut qu’espérer que d’autres suivront".

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut