QUE FAITES VOUS DIMANCHE ?

je ne sais plus. A quelques jours du vote, il y a encore des gens qui tergiversent, qui n'ont aucune idée du candidat pour qui ils vont voter.

Cet homme-là, cette femme-là, sont des citoyens perdus dans la jungle politique, des paumés du scrutin. Mais ce n'est pas une espèce en voie de disparition : ils seraient 30 % à se ronger les ongles devant un bulletin de Sarko et de Ségo, en se demandant ce qu'ils vont bien pouvoir en faire.

De leur côté, les candidats essayent d'attraper ces "bestioles influençables" avec du miel fabriqué avec 100 % de promesses. Car dimanche, à cause d'eux ou grâce à eux, tout peut basculer !
Les derniers jours de ce grand marathon du suffrage universel, qui aura été passionnant, prennent alors des accents plus démagogiques et se transforment en sprint publicitaire : il faut draguer, flatter, emballer ceux qui n'ont pas encore choisi leur camp. C'est une course de séduction un peu dégradante ou la République se met à genoux devant des électeurs qui ont le bulletin entre deux chaises.
Il y a même quelque chose d'immoral à mettre l'avenir de la présidence entre les mains des hésitants. Comme si la démocratie donnait une prime à l'entre-deux, au mi-chèvre, mi-choux. Malheureusement, les voix acquises ou conquises sur un programme et après une longue campagne d'explication, n'ont pas plus de valeur que les voix récupérées à l'arraché sur le coin de l'isoloir.
Les militants font l'animation et les indécis font finalement l'élection.

Mais plutôt que Sarkozy ou Royal certains vont préférer le vote blanc. Il y en aura beaucoup dimanche. Quelques-uns préféreront même aller pêcher, plutôt que de repêcher dans les urnes... un gros poisson socialiste, iodé à l'UDF ou un UMP qui frétille toujours en tête. Pourtant, Royal a besoin de ces électeurs "flottants" pour avoir une chance de s'arrimer à l'Elysée. Et des citoyens qui doutent ne feront pas de mal, non plus, à Sarkozy, qui améliorera ainsi son sens de la nuance et de la perplexité... C'est en tout cas à espérer.

Mais quoi qu'il en soit, dimanche, interdiction d'être entre deux eaux, d'avoir les idées floues et de jouer les timorés. Foncez et pour une fois, n'hésitez pas : Votez !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut