rivalta
@ Tim Douet

NKM : "le représentant de Lyon n'est pas content ?"

Un échange pour le moins explosif a eu lieu mercredi 9 février entre la ministre de l'Ecologie, qui remettait les subventions aux réseaux de transports en commun dans le cadre du Grenelle, et Bernard Rivalta, le représentant lyonnais. Le président du Sytral s'est plaint que l'Etat "se foute" de Lyon, la ministre l'a remis à sa place. Récit.

Un échange digne d'une cours de récréation. On le doit une nouvelle fois au président du Sytral, syndicat mixte des transports en commun lyonnais. Bernard Rivalta qui préside l'instance politique qui donne les grandes orientations au réseau de transports en communs lyonnais, le protégé du maire, Gérard Collomb, pour combien de temps ? Mercredi matin, le socialiste était à Paris pour la présentation des résultats du deuxième appel à projets "TCSP" (Transports en Commun en Site Propre), dans le cadre du Grenelle de l'environnement. La ministre de l'Ecologie y dévoilait le montant des subventions accordées à chaque ville, pour ses projets futurs de transports collectifs.

Devant la faiblesse, toute relative, du montant des subventions accordées à Lyon (20 millions d'euros pour 4 projets), Bernard Rivalta a perdu son sang froid : "à Lyon, on est plutôt calmes, on est plutôt consensuels, mais on n'aime pas qu'on se foute de nous !", a-t-il déclaré à France 3. Une déclaration enregistrée et diffusée le midi même dans le journal régional de la rédaction.

20 millions : "inacceptable" pour Rivalta

Bernard Rivalta s'est ensuite justifié devant la caméra de France 3 : "nous accorder 20 millions d'euros de subventions, alors que nous avons un plan d'investissement de 1,1 milliard d'euros sur ce mandat, que nous faisons des acquisitions, des prolongements et de la recherche technologique. Ce n'est pas nous considérer au niveau où nous devons être considérés. Et pour nous, c'est inacceptable".

Informée de cette sortie médiatique, la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet s'est justifiée à son tour devant France 3 : "Il y a quatre projets sur Lyon qui sont subventionnés dans ce deuxième appel à projets, pour 20 millions d'euros, et un peu plus. Il y avait déjà eu 28 millions d'euros dans le premier appel à projet. En tout, ça fait presque 50 millions d'euros. Il y a beaucoup de collectivités qui pourraient se plaindre que Lyon a beaucoup (de subventions)".

La ministre de l'Ecologie, sur la défensive, a terminé en répondant au président lyonnais récalcitrant : "le représentant de Lyon n'est pas content ? Mais quoi, il n'est pas content de la règle du jeu ? Tout le monde a ses 20%, et plus pour les éco-cités. Il n'y a pas de raison qu'il y ait du favoritisme pour les uns ou les autres", mettant ainsi un terme au débat.

Pour finir, mercredi soir, Bernard Rivalta en a remis une couche en convoquant toute la presse locale à 19h pour le lendemain matin, au siège du Sytral à la Part-Dieu. Il a estimé à nouveau ce jeudi que 20 millions d'euros pour les projets lyonnais, ce n'était pas assez, une goutte d'eau selon lui par rapport aux 1,1 milliard investis. A l'écouter, c'est lui qui était mal traité par la ministre à qui il venait de reprocher de se foutre de lui.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut