Najat

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole et ministre

PORTRAIT - La Lyonnaise décroche le ministère des Droits des femmes et le porte-parolat du gouvernement. Une distinction dont elle "avait vraiment envie" et qui honore une carrière-éclair, qui a réellement débuté en 2004. Lancée par Gérard Collomb, propulsée par Ségolène Royal, Najat Vallaud-Belkacem a réussi à se faire élire sous son propre nom en 2008, aux cantonales.

Porte-parole elle avait été, porte-parole elle était, porte-parole elle restera. Najat Vallaud-Belkacem a été nommée ce mercredi à ce poste au sein du nouveau gouvernement, après l'avoir été lors des campagnes de Ségolène Royal en 2007 puis de François Hollande en 2012. Une mission qui lui sied à merveille : au cours de sa carrière, la télégénique Lyonnaise a plutôt réussi à éviter les dérapages verbaux et les chausse-trappes, peinant cependant à développer une expression singulière – lors d'un débat, en 2007, Roselyne Bachelot avait brocardé "sa langue de bois" en dépit de son jeune âge. Najat Vallaud-Belkacem décroche aussi un ministère de plein exercice : les droits des femmes. "La voici à l'épreuve du feu au plus haut niveau", se réjouit Jean-Jack Queyranne, qui se proclame comme "son 2e père" après Gérard Collomb.

Deux pères : Collomb et Queyranne

Née en 1977 dans le Rif marocain, Najat Vallaud-Belkacem est arrivée en France, dans la banlieue d'Amiens, en 1982. Cette fille d'immigrés réussit un parcours scolaire exemplaire qui la conduit à Sciences Po. Elle y fait deux rencontres déterminantes pour sa carrière politique et sa vie de femme : son futur époux, Boris Vallaud, qui lui donnera deux jumeaux, et Caroline Collomb qui la présente à son maire de mari. La Franco-Marocaine rate l'entrée à l'ENA mais sa copine l'introduit au cabinet du maire de Lyon. Elle s'y distingue par sa discrétion. C'est en 2004 qu'elle se lance en politique, sous le patronage de Jean-Jack Queyranne qui cherche à faire monter de nouvelles femmes, parité oblige. Queyranne gagne la Région : elle décroche la présidence de la commission culture. Elle est encore trop verte pour une vice-présidence, mais devient plus tard conseillère régionale déléguée.

Najat ()

"L'adjointe au 8 décembre"

À cette époque, elle est déjà repérée par les instances nationale du PS, en mal de nouveaux visages. En 2007, présentée à Ségolène Royal par Gérard Collomb, elle devient l'une de ses porte-parole, ce qui fait d'elle le pendant de gauche de Rachida Dati, laquelle est davantage rompue à l'art télévisuel. "Elle a une capacité à apprendre très vite", souligne toutefois Richard Llung, adjoint à Villeurbanne, qui faisait aussi partie de l'équipe de la candidate socialiste. La présidentielle perdue, Najat Vallaud-Belkacem se concentre sur sa carrière : elle défie Dominique Perben dans la 4e circonscription du Rhône, un bastion de droite où elle n'a rien à perdre. Elle y est imposée par le parti, qui désigne cette terre comme promise à une femme et à un candidat issu de la diversité. Autant dire à elle. Les militants du 6e lui réservent un accueil frais. Ses 43,4 % obtenus au 2e tour sonnent cependant comme une victoire.

Najat Vallaud-Belkacem© Tim Douet_005 ()

© Tim Douet

L'année qui suit est la bonne. Elle terrasse le conseiller général sortant, Jean Flacher (UMP), dans le canton de Montchat. Par cette victoire acquise lors d'un scrutin uninominal, elle gagne enfin sa légitimité politique. Dans la foulée, en préparation du congrès de Reims, elle s'émancipe de son tuteur, choisissant "maman Ségolène" alors que "papa Gérard" tente de présenter sa propre motion – les deux textes finiront par fusionner. Qu'importe cette prise de distance : ce n'est pas à Lyon qu'elle se distingue, où elle est raillée comme l'“adjointe au 8 décembre”. "Jusqu'à présent, elle n'a jamais eu l'occasion de montrer de quoi elle était capable", grince une élue lyonnaise.

Elle se cherche une meilleure circonscription

"Najat" songe surtout à confirmer sa dimension nationale. Elle guigne le mandat de député, envisageant un parachutage à Villeurbanne ou dans la 7e circonscription du Rhône, dont le titulaire est Jean-Jack Queyranne. Ne rencontrant pas l'accueil espéré, elle se replie sur la 4e, qu'elle travaille avec opiniâtreté. Elle profite de cette période électoralement calme pour prendre du coffre. Promue secrétaire nationale du PS en charge des questions de société, elle y défend le mariage homosexuel et l'adoption par des parents de même sexe. Elle cosigne avec Guillaume Bachelay un ouvrage : Réagissez ! Répondez au FN de A à Z. Puis, en 2012, publie Raison de plus, plaidoyer contre la fatalité.

Najat Vallaud-Belkacem© Tim Douet_001 ()

© Tim Douet

"Les journalistes l'adorent"

Aux primaires socialistes, elle confirme sa préférence à Ségolène Royal. Beaucoup de ségolénistes de 2007 ont depuis tourné casaque. Pas elle, qui loue la détermination, le toupet et l'audace propositionnelle de la présidente de Poitou-Charentes. Ce choix de la fidélité est finalement récompensé, puisque François Hollande l'intègre dans son staff, au même poste de porte-parole. Au cours de la campagne, elle reçoit une volée de bois vert lorsqu'elle compare Nicolas Sarkozy à Berlusconi ou Poutine. Mais ne s'en sort pas si mal.

"Elle a été excellente. On l'a beaucoup vue, tandis que les autres porte-parole du candidat étaient assez absents", observe Walter Graci, son suppléant aux législatives. "Elle a un sens politique. Elle sait ce qu'il faut faire et elle sait quand le faire, au moment où il faut le faire. Elle sent les choses. Et puis, elle est sympa, les journalistes l'adorent. Najat est une femme d'appareil", confie un élu socialiste lyonnais. Ces dernières semaines, prudente, elle labourait inlassablement sa 4e circonscription les week-ends, en dépit de son emploi du temps surchargé. Mais le spectre d'une défaite très probable de la jeune ministre face à Dominique Nachury (UMP) a poussé le PS à l'exfiltrer de ce bourbier électoral. Ce mercredi soir, Jean-Marc Ayrault a imposé que les ministres battus quittent son gouvernement. Najat Vallaud-Belkacem passe donc le témoin à une autre, Anne Brugnera. Entre une candidature aux législatives et un maroquin ministériel, elle n'a pas eu de mal à choisir. "Elle en avait vraiment envie", nous confie une de ses amies.

à lire également
Michel Havard, Georges Fenech, Najat Vallaud-Belkacem et Philippe Meunier © Tim Douet (montage LC)
L’année 2017 a laissé sur le carreau de nombreux élus et ministres. Les obligeant parfois à reprendre le cours d’une carrière professionnelle laissée en jachère, voire jamais construite. Si le matelas du cumul des mandats a amorti des chutes, certains heurtent le mur du réel. Tour d’horizon des battus et des recasés.
16 commentaires
  1. lyonnais - 16 mai 2012

    Belkacem, l'espionne du Roi qui se rêve à l'Elysée

  2. juanpaolo - 16 mai 2012

    Pas beaucoup de panache dans ce retrait avant la compétition ... Est-ce que l'attrait de 'faire carrière' dans le parti qui l'emporte ? Pas très sport en tout cas alors que des électeurs lyonnais auraient peut-être été sensibles à ce challenge et lui auraient alors donné leur préférence. Au lieu de cela, un retrait discret sans gloire !

  3. Gérard Eloi - 16 mai 2012

    On te comprend, Juanpaolo. Mais d'une part, Ayrault qui rappelle une 'règle', se l'applique-t-il à lui-même ? Et comment ? D'autre part, avec cette règle 'battu, démission', initiée par Sarkozy pour se débarasser de Juppé, les adversaires du PS dans la difficile 4ème circonscription avaient un argument supplémentaire. Et Najat VB aux Droits des femmes + porte parolat d'un gouvernement de Gauche, ce sont de belles missions.Quoi qu'en sous-entende Lyonnais, qui nous parle ci avant d'un Roi..., roi de Saône et Loire si on se refère à ses précédents comm ? Je crois qu'il lit trop de romans policiers...

  4. Battling - 17 mai 2012

    0 réalisations politiques sur lyon, l'ascenseur social 100% socialiste. Concernant l'article ci dessus 'Il faut oser le dire et il faut oser l'écrire'. Hallucinant. Bon voyage à Paris Miss Belkicem.

  5. Battling - 17 mai 2012

    @ Lyon Capitale et Gérard 'Jérôme Manin m'a fait passer un message : 'la Liberté d'Expression prend le maquis'.

  6. M. Pignon de lyon - 18 mai 2012

    M. Eloi, vous avez une vie en dehors de Belkacem????? Sinon article digne de la Pravda, pas habitué à lire ce type de propagande sur Lyoncap. Résumons, elle est la grâce à Mme Collomb, elle n'a jamais rien fait à part être élue aux cantonales avec un taux de participation inférieur à 40% avec un ras de marré contre la droite, et c'est de là qu'elle tire sa légitimité!!! Elle a tellement de courage qu'elle se retire des législatives pour pas perdre son poste de Minsitre. Effectivement ce type de carrière mérite d’être un haut représentant à l'égalité des femmes, elle doit savoir ce que c’est que l'égalité, surtout les militants socialistes qui se sont fait écarté à son profit à la ville, à la région au canton...

  7. Sphinx03 - 18 mai 2012

    Elle me semble plus légitime que Yade lorsque cette dernière est arrivée au gouvernement.

  8. M. Pignon de lyon - 18 mai 2012

    Effectivement si vos ref c'est Yade et Dati, difficile de faire pire.

  9. Jean - 19 mai 2012

    Porte-parole pour le roi du Maroc, porte-parole et ministre d'un gouvernement français qui est censé représenter l'unité nationale. Double allégeance, pour quels intérêts travaille-t-elle ?

  10. Gérard Eloi - 20 mai 2012

    'Porte parole pour le roi du Maroc' : faux. 'Double allégeance...' : faux.PS : on ne voit pas ce que le blog de Malika Sorel vient faire après ce double mensonge. (ou cette double erreur ?)-------------------------------M. Pignon, vous avez une vie en dehors de la démolition ?

  11. Gérard Eloi - 21 mai 2012

    C'est faux parce que1) Les membres de ce CCME ne sont pas des porte paroles du roi du Maroc ;2) Najat VB a démissionné de ce CCME (où elle a tenu quelques années un rôle consultatif, avec étude de projets de partenariat culturel) en décembre dernier.

  12. Jean - 21 mai 2012

    1) Le CCME est un lobby qui défend les intérêts marocains. 2) Najat Vallaud-Belkacem en a démissionné parce que cela a fait du grabuge. Il paraît difficile d'ignorer et de contester ces points.

  13. Jean - 21 mai 2012

    Vous me reprochez de mettre en avant le lien du blog de Malika Sorel, dont les travaux sont nécessaires pour aborder notre époque. Elle n'est affiliée à aucun parti, c'est un esprit libre et indépendant 😉

  14. Gérard Eloi - 21 mai 2012

    @ Jean,1) Le CCME...'Lobby', ou association ? On peut en discuter longtemps. Y a-t-il quoi que ce soit de concret à reprocher à ce CCME ? Pas à ma connaissance. Est-il criminel de 'défendre des intérêts marocains' ? Etude puis promotion d'échanges culturels, ensuite peut-être économiques, peuvent être indiscutablement des atouts. Personnellement, je m'inquiète bien moins du CCME que du groupe de pression Bilderberg. Groupe auquel sont affiliées les reines d'Espagne et des Pays-Bas, et aussi le Pdt de l'UE, Van Rompuy, qui a d'ailleurs passé un 'examen' devant ces 'Maîtres du monde' avant d'être investi. Bilderberg défend les intérêts des financiers.2) Démission. En décembre 2011. Et le 'grabuge' ne s'est déclenché qu'en avril 2012, sept jours avant les Présidentielles ! Un autre détail : Eva Joly (pour qui j'ai beaucoup de respect) est franco norvégienne. La Norvège ne fait pas plus que le Maroc partie de l'UE. En quoi donc la double nationalité franco-marocaine est-el

  15. Gérard Eloi - 21 mai 2012

    (suite) ...En quoi le double nationalité franco-marocaine serait-elle moins respectable que la franco-norvégienne ? NVB a siégé au CCME,...Eva Joly a été conseiller du gouvernement norvégien jusqu'en 2009, et est conseiller du gouvernement islandais depuis 2009. L'Islande n'est pas plus que le Maroc membre de l'UE. Pourquoi siéger dans une association marocaine serait-il interdit à une élue de la République, mais siéger dans un département du gouvernement islandais autorisé à une candidate à la Présidentielle française ?3) Je ne t'ai jamais reproché de promouvoir le blog de Malika Sorel. J'ai seulement dit que je ne voyais pas le rapport entre son blog et des attaques que je trouve non fondées contre Najat VB. Non fondée parce que reposant uniquement sur les élucubrations d'un journaliste marocain, Ali Amar, calomnies bêtement reprises par V. Rosso-Debord dans le sprint final de la campagne présidentielle.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut