Bernard Rivalta© tim doue copie
© tim douet

Mediapart, Lyon Capitale et les Potins d'Angèle accusés d'être "des raconteurs de bobards"

Les trois titres de presse ont été pris à parti par Bernard Rivalta, le patron du groupe PS au Conseil général, au sujet de l'affaire Rhônexpress. Alors que le Parti socialiste est à un cheveu de reprendre le Département à Michel Mercier, la sortie n'a pas été franchement appréciée dans les rangs de la gauche.

Discussion inhabituellement animée pour la dernière séance publique de la mandature au Conseil général. La proximité des élections cantonales de mars n'y sont sans doute pas pour rien. Du coup, tous les sujets sensibles y sont passés du musée des Confluences à Rhônexpress. Sur ce dernier dossier, c'est Bernard Rivalta qui s'est illustré en venant à la rescousse de son "ami de 30 ans", Michel Mercier (tous deux ont en effet été élus pour la première fois à la fin des années 1970 au Département, NDLR). Le patron du groupe socialiste au Conseil Général a affirmé que "le dossier Rhônexpress a été géré de façon claire. Et nous, socialistes, nous n'avons pas eu à cautionner de quelconques malversations" fustigeant au passage "les raconteurs de bobards que sont Lyon Capitale, Mediapart ou Les Potins d'Angèle".

Il est vrai que Lyon Capitale avait révélé l'affaire en évoquant l'enquête judiciaire pour délit de favoritisme dans l'attribution de la concession du tram Rhônexpress à Vinci ainsi que les anomalies dans la passation du marché public. De son côté, Mediapart s'est illustré récemment en reprenant l'affaire et en révélant une proximité étonnante entre Michel Mercier et certains responsables du groupe Veolia, société qui a remporté la concession du tram Rônexpress au côté du groupe Vinci. Le site Internet évoque en effet les époux Frémont. Anne Frémont fut la collaboratrice de Michel Mercier au Sénat alors que son mari, Jean-Pierre Frémont, est un cadre dirigeant du groupe Veolia. (à voir sur le site de Mediapart)

Quant aux Potins d'Angèle, si l'hebdomadaire satirique lyonnais ne s'est pas vraiment illustré dans le traitement de l'affaire Rhônexpress, il travaille depuis toujours sur les turpitudes de Bernard Rivalta, notamment sur les indemnités que le président du Sytral a indûment perçues au titre de sa fonction à la tête du syndicat de transport de l'agglomération lyonnaise et qui ont d'ailleurs fait l'objet de plusieurs condamnations judiciaires.

Mais la sortie de Rivalta a été moyennement appréciée par certains élus PS du Département la jugeant maladroite. En effet, en plein campagne électorale en vu des cantonales de mars, Bernard Rivalta, qui - précision utile - ne se représentera pas, est venu prendre la défense de Michel Mercier sur un dossier judiciaire qui a pourri la vie du Conseil général depuis de longs mois et qui a d'ailleurs été classé en catimini juste au moment où Mercier prenait ses fonctions de ministre de la justice... (Lire ici)

Chez les socialistes, certains élus en effet grincent des dents alors qu'ils sont nombreux à vouloir exercer une campagne critique sur le bilan et les actions de Michel Mercier. À l'image de Richard Llung qui a rappelé en séance publique la promesse faite par le président du Conseil général du Rhône de communiquer les pièces du dossier Rhônexpress en gage de transparence. "Nous souhaitions accéder aux comptes-rendus d'audition de l'affaire Rhônexpress, ce qui était une manière simple de savoir ce qu'il y avait dans ce dossier", avance M. Llung. Mais on connaît la musique, "les promesses n'engagent que ceux qui..." Quant à Bernard Rivalta, "il mélange les genres même si le PS participe à la commission d'appel d'offres" a précisé M. Llung, "il a une façon de s'exprimer avec Mercier qui n'est pas la mienne". 30 ans de relations politiques, ça use inévitablement.

à lire également
Maisons des Potes Hôtel de Ville Lyon
Rassemblement contre le racisme devant l'Hôtel de Ville, débat au centre socioculturel du Point du jour et exposition de l'association Cimade pour le soutien aux migrants, réfugiés et demandeurs d'asile : les "marcheurs" de l'association La Maison des potes font étape à Lyon ce lundi dans le cadre de leur tour de France de l'Egalité. 
10 commentaires
  1. Yvan, de Lyon - 15 février 2011

    Vous avez raison monsieur Rivalta, soutenez votre ami de trente ans ! C'est de notoriété publique, que les journalistes de ces trois titres de presse, racontent n'importe quoi !Bravo camarade Rivalta, à bas la presse impérialiste ! Au fait camarade Rivalta, quand comptez-vous régler l'ardoise d'environ 100.000€, correspondant à plusieurs années de cotisation au PS ? Au fait camarade Rivalta, vu que vous avez été condamné par la justice, à rendre le trop perçu d'indemnités, quand allez-vous rendre environ 130.000€ ?Camarade Rivalta. Vu que 'vos copains socialistes' (sauf un, jusqu'en 2014 suivez mon regard) vont lâcher les chiens contre vous, dès que vous ne serez plus président du Sytral.N'est-il pas temps de déballer, tout ce que vous savez ? Faites votre examen de conscience camarade.Enfourcher sans selle, le cheval de l'amitié de 30 ans n'empêchera pas, la presse et les citoyens soucieux de l'intérêt général, de creuser les sujets qui provoquent, des irritations sur votre assise...

  2. Collombitude - 15 février 2011

    Si quelqu'un pouvait m'expliquer, ce qu'est le socialisme, tout au moins lyonnais!

  3. Contribuable Lyonnais - 15 février 2011

    Mediapart, Lyon Capitale et les Potins d'Angèle accusés d'être 'des raconteurs de bobards'C'est une consécration pour ces trois journaux d'être qualifé de raconter des 'bobards' quand cela vient d'un élu qui n'a jamais réglé ses cotisations, perçu indûment des indmnités qu'il n'aurait toujours pas remboursées malgré les décisions de justice, et soutenu par Gérard Collomb et son 1er adjoint Jean-Louis Touraine dans ses turpitudes.La presse raconterait-elle plus de 'bobards' que les élus ? Voilà un beau sujet de débat.

  4. carton rouge - 15 février 2011

    SOS. Il a toujours été déplaisant avec nous. On pensait être responsable mais il semble désagréable avec tous. L'ennui est qu'il prend les décisions et que personne l'arrête. Le décrochement de T3 vers le stade est inutile, nuisible et coûte la peau des fesses aux contribuables lyonnais. Le prolongement de T2 a et sera détourné pour le stade. Comment l'empêcher de nuire ? Un jour les langues se déliront mais il sera trop tard, le mal sera fait. HELP

  5. Contribuable Lyonnais - 15 février 2011

    Il n'est jamais inutile de dire du bien d'un Garde des Sceaux doivent penser certains élus...

  6. Martin de Givors - 15 février 2011

    Evidemment, comme chez votre ami BEN ALI ex dictateur Tunisien chez qui vous avez passé de bons moments avant Noel en compagnie de votre pote COLLOMB (il ne manquait que MERCIER)les journalistes et leur rédactions qui vous égratignent, si vous pouviez...les réduire au silence au fond d'une géole, ce serait beaucoup plus confortable... Quand un reponsable politique s'en prend à la liberté d'expression et plus nomément aux journalistes, vous devriez savoir que tous ceux qui l'on fait ont fini par périr par les armes de l'insurection culturelle...

  7. Xrousselibre - 15 février 2011
  8. Contribuable Lyonnais - 17 février 2011
  9. Yvan, de Lyon - 17 février 2011

    Merci pour le lien 'contribuable lyonnais'.Donc, d'après le Préfet qui s'exprime dans l'article du Progrès, il n'y aurai qu'un menteur.Un menteur qui n'est pas journaliste... Mais un vrai raconteur de bobards...

  10. christian - 17 février 2011

    en complément des liens du 'contribuable citoyen' et 'd'Yvan le terrible', voici celui ci :http://www.lyoncapitale.fr/lyoncapitale/journal/Autre-contenu/Breves/Transports-le-prefet-condamne-les-propos-mensongers-de-Rivalta

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut