FN

Les vieux démons d'un jeune élu FN

Manipulation ou réalité ? Vendredi 25 mars, le Nouvel Observateur publiait sur son site Internet les photos d'un jeune homme aux yeux masqués d'un bandeau noir, le bras droit tendu dans un salut nazi, et posté devant un drapeau national-socialiste. Identifié par la presse comme Alexandre Gabriac, conseiller régional FN de Rhône-Alpes, l'élu avance l'argument d'un photo-montage. Le jour même, il a néanmoins été suspendu par le parti frontiste.

Alexandre Gabriac, conseiller régional, secrétaire régional du Front National de la Jeunesse (FNJ) Rhône-Alpes, secrétaire départemental du FNJ-Isère et candidat au second tour des cantonales dans le VIe canton de Grenoble, est-il l'homme des photos parues dans la presse nationale, vendredi 25 mars ? Immédiatement suspendu du Front National, quarante-huit heures avant le second tour des cantonales, il nie pourtant avoir réalisé le salut nazi qu'on lui prête sur ces images.

Défense : photo-montage

Le jeune politique de 20 ans avance pour sa défense, une plainte déposée devant la Police nationale de Grenoble, le 29 avril 2010, soit près de onze mois avant la révélation du Nouvel Observateur. Le fac-similé de la main courante que nous nous sommes procuré indique : ''Ce matin, vers onze heures j'ai découvert dans ma boite à lettre une lettre m'indiquant qu'un dossier de photo-montages se montait sur ma personne et qui me mettrait en scène avec des skinheads avec la main tendue et des drapeaux nazis. […] Ce courrier stipule que ces clichés seront envoyés aux médias''. Une défense en forme de plainte prémonitoire, qui peine à convaincre. La direction du Front National a d'ailleurs suspendu le conseiller régional du parti, et une enquête interne est en cours.

Bruno Gollnisch, président du groupe Front National au Conseil régional Rhône-Alpes agite lui aussi le spectre de la manipulation. ''Deux affaires sont sorties en même temps que les élections cantonales, celle d'Edouard de Brisoult [candidat FN à Rillieux-la-Pape, NDLR] dont l'identité Facebook a été usurpée et celle d'Alexandre Gabriac''. Une tentative de déstabilisation du Front National en période électorale ? Le candidat au VIe canton de Grenoble ne semble pourtant pas en être à son coup d'essai.

Attaque : récidive

Condamné en 2009 pour ''apologie de crime contre l'humanité, injures à caractère raciste et violences volontaires'', l'élu FN possède déjà, à 20 ans seulement, un passif difficile à dissimuler. Qualifié de ''violent'' par ses adversaires politiques, son appartenance à un groupuscule d'extrême-droite serait évidente. Paul Bron, candidat opposé à Alexandre Gabriac au second tour des cantonales le 27 mars dernier dans le VIe canton de Grenoble, était au courant des photos qui, selon lui, circuleraient sur Internet depuis 2008. Quant à savoir pourquoi elles sont sorties dans la presse la veille du second tour, il ne possède pas la réponse.

Le groupe socialiste, écologiste et apparentés de Rhône-Alpes a, quant à lui demandé, dès le 27 mars, deux jours après la révélation du Nouvel Observateur, la démission d'Alexandre Gabriac du Conseil régional; surtout étonné de lire dans les colonnes du Figaro que les dirigeants FN fassent semblant de ne pas connaître l'élu aux multiples fonctions. Contrairement à Bruno Gollnisch, candidat déchu à la direction du parti, l'état-major FN, contacté par Le Figaro assurait il y a quelques jours 'ne pas connaître le jeune militant, qui serait [finalement] plus proche de Bruno Gollnisch que des "marinistes"''.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut