collomb
© Fabien Fournier

Les pro-Hollande veulent une campagne douce, "d'ami à ami"

Réunis ce mercredi soir à Lyon, les supporters du député de Corrèze ne veulent pas d'une campagne agressive et des distributions de tracts sur les marchés. Selon Gérard Collomb, François Hollande allie "la crédibilité économique" et une "volonté d'un grand projet de société".

C'est en petit comité que les supporters de François Hollande se sont retrouvés ce mercredi soir, à la maison des associations de la Croix-Rousse. Ce n'est pas la halle Tony Garnier, mais il y a quelques mois, alors qu'ils se comptaient, ils auraient tout juste rempli une cabine téléphonique. Et mercredi prochain, un gros meeting se tient en présence du candidat au Transbordeur.

roure ()

© Fabien Fournier

Martine Roure : "jouer en finesse"

Le nouveau maire de l'arrondissement, David Kimelfeld a ouvert les échanges. "Les observateurs disent que plus le corps électoral sera large et plus il nous sera favorable", souligne-t-il, appelant à mobiliser pour la primaire. Martine Roure transmet un message de François Hollande. "Ne boudons pas notre plaisir mais restons humbles", exhorte-t-elle. Elle leur recommande de ne pas distribuer "ostensiblement" de tracts sur la voie publique. La pratique évoque trop la foire d'empoigne des fins de marchés. Il faut "jouer toute en finesse" et transmettre des documents de campagne "de la main à la main, d'ami à ami". A l'heure du choix, elle invite ses camarades à se poser trois questions importantes : "qui peut battre Nicolas Sarkozy ? Qui a la stature pour exercer la fonction ? Et qui peut rassembler toute la gauche ?". Les trois questions trouvent évidemment selon elle la même réponse.

Collomb contre le "néolibéralisme financiarisé"

Ex-président de Lyon 1 et de la conférence des présidents d'universités, Lionel Collet co-dirige l'association Démocratie 2012 Rhône, rassemblant les soutiens au député de Corrèze. "Nous voulons une société de la connaissance où le savoir n'est pas subordonné à l'économie", lance-t-il lyrique. Le maire de Lyon conclut les échanges. Il commence par évoquer son engagement passé pour Dominique Strauss-Kahn. "J'ai l'impression d'avoir la même ligne politique qu'hier", se justifie-t-il. Il apprécie chez l'ex-premier secrétaire du PS son discours de vérité. "Demain, nous savons que les temps seront difficiles".

collomb ()

© Fabien Fournier

Pour autant, Gérard Collomb ne sombre pas dans le catastrophisme. Il fait référence aux "sociétés de la réussite" en Europe. "L'Allemagne, malgré le choc considérable de la réunification, a construit un autre modèle. Eux ont parié sur l'industrie, eux ont parié sur l'innovation, eux ont parié sur la qualité", expose-t-il. "Pourquoi la France échoue ?", questionne-t-il ensuite. Parce que selon lui elle a trop embrassé le "néolibéralisme financiarisé". Il observe notamment que selon le modèle américain, copié par Nicolas Sarkozy, "chacun devenait propriétaire de sa maison. C'est une économie fondée sur la dette".

"C'est avec des civils qu'on fait des militaires"

Comme à son habitude, Gérard Collomb cogne aussi sur les gauchistes. "Socialistes, nous avons aussi emprunté des modèles qui appartiennent au passé. Les relances de la consommation ont nourri les déficits publics", souligne-t-il. Or note-t-il, le remboursement de la dette occupe le deuxième budget de l'Etat, après l'Education nationale. Pour autant, les mesures d'économie initiées par le gouvernement ne trouvent pas grâce à ses yeux. Filant la métaphore couturière, il moque "une politique de rapiéçage", "des réformes de bout de ficelle", "il détricote ce qu'il a fait en début de mandat". Revenant à son nouveau champion, il estime que François Hollande allie "la crédibilité économique" et une "volonté d'un grand projet de société". Il plaide pour un grand rassemblement, tendant la main aux gaullistes sociaux et aux centristes, à l'instar de sa politique d'ouverture à la Lyonnaise. Le sénateur du Rhône cite François Mitterrand : "C'est avec des civils qu'on fait des militaires, c'est avec des non socialistes qu'on fait l'élection d'un président socialiste".

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut