Capture d’écran 2012-03-29 à 18.38.03

Le PS critique Perrin-Gilbert, Collomb et... défend Meirieu

Capture d’écran 2012-03-29 à 18.38.03 ()

Le secrétaire national en charge des élections au PS estime à propos de la maire du 1er arrondissement, qui s'est déclarée suppléante de Philippe Meirieu aux législatives, qu'il n'y avait "aucune urgence à se précipiter". Il défend l'écologiste que Gérard Collomb égratigne, "une personnalité importante" qui pourrait recevoir la visite de Martine Aubry durant la campagne. Quant au bras droit de la Première secrétaire, il assume l'accord conclu entre son parti et les écologistes.

La fédération du Rhône agace le Parti socialiste. C'est d'abord Nathalie Perrin-Gilbert qui, ce mardi, se déclarait suppléante de Philippe Meirieu, le candidat écologiste soutenu par le PS pour les législatives dans la 1re circonscription du Rhône contre l'avis des socialistes locaux qui, dans le sillage de Gérard Collomb, lui préfèrent le radical Thierry Braillard. Celle-ci s'est depuis pris une volée de bois vert, notamment de la part de Jacky Darne, premier secrétaire fédéral du PS : "La fédération n’a pas été informée de son choix, contrairement à toutes les règles internes du Parti socialiste", regrettait-il dans un communiqué.

Capture d’écran 2012-03-29 à 18.40.15 ()

La maire du 1er arrondissement assurait pourtant en avoir référé à Christophe Borgel, secrétaire national du PS en charge des élections (photo ci-contre). Nous avons réussi à joindre celui-ci ce jeudi. Il confirme avoir reçu un mail de Nathalie Perrin-Gilbert. "Il n'y avait aucune urgence à se précipiter et à déclarer cette suppléance, réagit-il. Il n'y a pas besoin de rajouter de la complexité." Il lui aurait intimé de ne pas provoquer davantage Gérard Collomb.

Collomb préfère-t-il un communiste ?

Capture d’écran 2012-03-29 à 18.39.49 ()

C'est ensuite le maire de Lyon qui gêne Solférino. Dans une interview à Public Sénat mardi, il a estimé que l'accord liant Europe Ecologie-Les Verts au PS pour les législatives constituait "un vrai problème". "Si demain Jean-Luc Mélenchon est par exemple à 13 % et Eva Joly à 2 %, le Front de Gauche − en particulier les élus communistes vont être tentés de dire “Essayez d'appliquer la même proportion”", craint-il. "Est-ce que Gérard Collomb souhaite qu'on soutienne un communiste dans la 1re circonscription ? Compte tenu de ce qu'il dit d'habitude d'eux, je serais surpris", ironise François Lamy, conseiller politique et bras droit de la première secrétaire du PS (photo ci-contre), que nous avons contacté ce jeudi. Il est vrai que Martine Aubry n'apprécie pas beaucoup le maire de Lyon et la réciproque est vraie.

Meirieu, "une personnalité importante" selon le PS

"Je ne sais pas quelle est sa conception des accords, poursuit-il. Gérard Collomb est un homme de grande valeur ; quand il conclut des accords, il les respecte. On construit un partenariat dans la durée, qui ne s'arrête pas à la présidentielle. On gouvernera avec des partenaires, et on aura aussi besoin d'eux à d'autres élections futures." D'après ses calculs, à la faveur de cet accord, 4 à 5 % des députés de la future Assemblée nationale seront écologistes si François Hollande gagne la présidentielle. Soit 20 à 25 parlementaires.

Christophe Borgel confirme que l'accord PS-EELV ne doit souffrir d'"aucun amendement". Il défend Philippe Meirieu, qui "est une personnalité importante, c'est le président du conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts". "Que les écologistes aient une circonscription gagnable, ça me paraît difficilement discutable au vu de leurs bons résultats à Lyon", complète-t-il. François Lamy indique qu'une visite de soutien de Martine Aubry au pédagogue durant la campagne "fait partie des possibilités", mais que la maire de Lille restait surtout concentrée sur la présidentielle.

Selon Collomb, Perrin-Gilbert veut "l'éliminer lors des prochaines municipales"

Ce jeudi, Gérard Collomb persiste et signe. "Ce qui est en cause, ce n'est pas du tout le fait de faire des accords", nous a-t-il expliqué. C'est l'identité du candidat écologiste, "un homme qui s'abstient sur tous les projets essentiels pour l'agglomération, comme le plan Campus, ou les subventions à l'Opéra, à l'Institut Lumière". Au passage, il égratigne Nathalie Perrin-Gilbert : "Elle s'est abstenue sur le budget de la communauté urbaine". La maire du 1er arrondissement n'avait effectivement pas voté le budget du Grand Lyon en 2010, "impacté" dit-elle par le vote du Grand Stade. Selon le maire de Lyon, la socialiste veut "l'éliminer lors des prochaines municipales". Pour autant, il ne se dit "pas favorable à son exclusion du PS".

à lire également
Hormis sur l'autoroute A6, sur lequel la préfecture a pris un arrêté de fermeture, aucun blocage n'est à noter dans le Rhône à la mi-journée selon les services de l'Etat. Des points de ralentissements existent en revanche, notamment sur la métropole.
1 commentaire
  1. PERHAPS - 29 mars 2012

    vous vous rendez compte ? 'elle s'est abstenue lors du vote du budget !' dit ilc'est énorme ! elle a osé ! et il était question de quoi ? de financer OLG entre autres ! l'avenir proche lui donnera raison et en plus si on a vu qu'elle s'est abstenue c'est parce que le vote demandé à bulletin secret n'a pas été admis par le dictateurBravo Philippe, tenez bon ! c'est vous, avec l'honnêteté que l'on vous reconnait, et rien que vous qui êtes légitimé sur cette prochaine consultation. Ne craignez pas les gesticulations du diable qui se trempent les manches dans le bénitier

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut