Le directeur de cabinet de Gérard Collomb quitte le navire

EXCLUSIF - Le conseil régional d’Aquitaine vient d’annoncer avoir recruté Sylvain Auvray comme directeur de cabinet. Une perte lourde pour Gérard Collomb qui en avait fait son dir'cab après avoir remercié son prédecesseur Jean-François Lanneluc. (Article actualisé à 13h le 21 décembre).

Gérard Collomb vient de perdre l’un de ses plus proches collaborateurs. L’annonce a été faite alors que le maire de Lyon se trouvait en Tunisie, en vacances. Sylvain Auvray rejoindra, le 1er février, la Région Aquitaine présidée par Alain Rousset, un cadre du Parti Socialiste qui dirige aussi l’association des régions de France. “Gérard Collomb perd son collaborateur le plus précieux dans le domaine politique. Il gérait ses relations que ce soit avec le PS au niveau local ou national et avec les groupes d’opposition au conseil municipal. Sylvain faisait toujours ce que Collomb voulait. Il était le directeur de cabinet au sens premier du terme. Si son patron dit blanc, c’est blanc. Il ne se posait pas la question de savoir si noir c’est mieux”, nous a confié Jean-Christophe Vincent, secrétaire fédéral du PS en charge des élections.

“Auvray, c’est un robot. Il n’est que Collomb !”

Sylvain Auvray a oeuvré pendant douze ans aux côtés de Gérard Collomb. Les deux hommes ont travaillé ensemble pour la campagne des législatives de 1997 puis à la mairie du 9è et enfin à l’Hôtel de Ville. Dans le premier cercle de Gérard Collomb, Sylvain Auvray était un homme de confiance du maire de Lyon. Il le suivait partout à La Rochelle pour les universités d’été du PS ou lors de la visite de Gérard Collomb à Georges Frêche lors de la campagne des régionales de 2010. Le directeur de cabinet cultivait l’art du secret. Il refusait de répondre à la presse et n’apparaissait jamais au premier plan mais toujours dans l’ombre du maire de Lyon. “Auvray, c’est un robot. Il n’est pas PS ni même à gauche. Il n’est que Collomb !”, nous confiait en novembre 2009 un cadre local du PS lors d’un dossier que Lyon Capitale avait consacré aux hommes de l’ombre. Le futur directeur de cabinet de la région Aquitaine oeuvrait en tant que couroie de transmission entre Gérard Collomb et le PS. “Je ne vais pas le pleurer. Pour moi, ce n’était pas quelqu’un qui facilitait l’expression politique du PS dans le Rhône. Il constituait un intermédiaire entre le PS et Gérard Collomb”, poursuit Jean-Christophe Vincent.

“Une bonne occasion”

L’annonce de la future défection de Sylvain Auvray sème la pagaille dans l’équipe de Gérard Collomb. Contactée, la Ville de Lyon nous a fait savoir qu’elle n’avait aucun commentaire à faire. En moins d’un an, le maire de Lyon a, en effet, perdu deux directeurs de cabinet. En mars dernier, le maire de Lyon avait remercié pour divergences de vue Jean-François Lanneluc, qui avait occupé le poste de 2002 à 2010 . L’ancien “dir cab” n’adhérait pas aux ambitions nationales de Gérard Collomb. Son premier cercle traverse une période d’instabilité. Certains voient d’un bon œil le départ de Sylvain Auvray. “Personne n’est irremplaçable. On oublie vite les gens qui occupent cette fonction. Son départ peut être l’occasion de redéfinir le rapport politique de Gérard Collomb à ses adjoints et à ses opposants. Au final, je pense qu’il s’agit d’une bonne occasion à saisir plus qu’un appauvrissement”, nous a glissé un socialiste. De par ses affinités naturelles, Sylvain Auvray offrait un profil très politique du rôle de directeur de cabinet. Jean-François Lanneluc, son prédécesseur, entretenait lui plus de liens avec la société civile. Il se murmurre d’ailleurs que les déclarations critiques sur la gestion du projet Hôtel-Dieu par Gérard Collomb n’auraient jamais eu lieu sous la direction de Jean-François Lanneluc. Dans son rôle très politique, Sylvain Auvray n’assurait pas la “protection” publique du maire de Lyon.

Silence à la Ville

Les raisons du départ de Sylvain Auvray n’ont pas été communiquées à l’heure actuelle. Des rumeurs circulent en ville. “Il n’était pas en phase avec Gérard Collomb sur sa gestion des ressources humaines et l’organisation du personnel de la Ville de Lyon. Il ne faut pas croire qu’il était, en son for intérieur, d’accord sur tout avec le maire de Lyon. Leur différence de vision sur la politique de ressources humaines a pu peser dans sa décision”, ajoute un élu socialiste de la Ville de Lyon. “Je pense surtout qu’il s’agit d’un choix personnel. Mais le timing n’est pas très bon pour les ambitions nationales de Gérard Collomb. Il vient de perdre un collaborateur très important dans ses relations avec le PS”, poursuit un autre élu socialiste. Le rôle de couroie de Sylvain Auvray ne se limitait en effet pas à la seule fédération PS du Rhône. Gérard Collomb qui n’exclut pas de se présenter aux primaires socialistes pour 2012 s’appuyait beaucoup sur Sylvain Auvray. Lequel avait par le passé participé au rapprochement entre le sénateur-maire de Lyon et Ségolène Royal puis à l’émergence de la Ligne Claire, la motion de Gérard Collomb lors du Congrès de Reims. Le futur ex directeur de cabinet de la Ville de Lyon aurait des attaches en Gironde. En 2009, il avait déjà failli quitter l’Hôtel de Ville pour prendre la direction de la SACVL, une société d’économie mixte dont la Ville de Lyon est actionnaire majoritaire.

Lire aussi : "Les hommes de l'ombre de Collomb, Mercier et Queyranne"

à lire également
7 commentaires
  1. jerome manin - 21 décembre 2010

    Le roi se meurt.

  2. romain blachier - 21 décembre 2010

    Bonne analyse de Jean-Christophe Vincent.

  3. jerome manin - 21 décembre 2010

    @Romain. Tu vas monter d'un cran, peut-être même deux 🙂

  4. corgnolon - 21 décembre 2010

    On avait 2 Collombs ?

  5. Yvan, de Lyon - 21 décembre 2010

    Et de deux ! mdr Au rythme où ça va, il n'y aura plus de candidat ! L'intérêt de cette information, réside ailleurs que dans cette rumeur autour d'un déphasage sur la gestion des RH. Rumeur qui, pour moi n'est qu'une leurre. La conséquence directe de ce départ, est la rupture des liens OFF avec la direction nationale du PS.L'avenir ne sera plus national, mais local.Tout ça pour revenir au point de départ...

  6. jerome manin - 21 décembre 2010

    'Tout ça pour revenir au point de départ...' Et bien pire pour Lyon, ne pas partir...

  7. corgnolon - 21 décembre 2010

    C'est nos 2 prétendants municipaux socialistes qui font la tête...

  8. Martin de Givors - 21 décembre 2010

    Il y eu une Ministre qui, elle aussi, a user plusieur DCB en peu de temps, avec de tels points communs, Césario COLLOMB pourrait se pacser avec elle...Mais je doute que Mme Rachida DATI soit tenter par une aventure à la Roméo, Juliette Lyonnaise ...Encore que... Bref, sur cette note d'humour ''pompier''Je souhaite à vous tous de bonnes fêtes de Noêl.

  9. RUOURS - 21 décembre 2010

    Deux départs de Chef de Cabinet en si peu de temps,est significatif du grand malaise qui découle de la gestion désastreuse de Mr G.Collomb, tant dans la gestion des affaires de la ville et du Grand Lyon que dans la gestion du personnel. Ce qui fait loi pour Mr Collomb et Mr Credoz(Maire de Décines et 1er Vice -Président de la CU) c'est le réseau de cadres CGT-CGC (du SRH développement, marchés compta DGDEI/DGDU,finances,comité social, qui combinent dans des associations,harcèlent le personnel intègre, exterminent ceux qui ne veulent participer à ces réseaux. Ces chefs de Cabinet ont une certaine lucicidité et ne veulent en rien être mélés à de sales affaires. Oui il se passe des choses trés graves en interne digne de méthodes de bandits.

  10. Battling - 22 décembre 2010

    Et de trois !! voilà qui sent le sapin Plus que des seconds couteaux 😉

  11. jerome manin - 22 décembre 2010

    @Battling. Laisse donc, les second couteaux sont des caniffes.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut