Laurent Wauquiez
©Tim Douet

Laurent Wauquiez soutient Viktor Orban

Le président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes et du parti Les Républicains s'est positionné en faveur du président hongrois alors que certains élus de son parti au Parlement européen ont voté la procédure initiée contre Budapest, cette semaine.

Pour Laurent Wauquiez, Viktor Orban a "toute sa place" dans le Parti parlementaire européen (PPE), le groupe qui fédère les formations de droite au Parlement européen. Le président du parti Les Républicains a apporté son soutien au président hongrois, accusé, dans une résolution du Parlement, de faire peser une "menace systémique" sur les valeurs de l'Union européenne. Il est notamment reproché au chef de l'Etat magyar de multiples violations des droits de l'Homme et de la démocratie. Et des menaces sur l'indépendance de la justice, la liberté de la presse et le sort des migrants constatées par les institutions européennes. "Je ne suis pas gêné par son discours sur la question migratoire, a réagi Laurent Wauquiez dans un entretien accordé au Figaro, par contre il y a des lignes rouges à ne pas franchir comme celles de l'Etat de droit ou la liberté de la justice"

Wauquiez du côté de l'extrême-droite

La résolution du Parlement a finalement été adoptée, lançant une procédure, longue et incertaine, pouvant aboutir à des sanctions contre Budapest. Lâché par son parti, le PPE, dont le président allemand, Manfred Weber, candidat à la présidence de la Commission, avait dit qu'il voterait pour les sanctions sans donner de consignes précises, Viktor Orban a trouvé du soutien du côté des groupes d'extrême-droite et des eurosceptiques. Parmi eux Florian Philippot, Aymeric Chauprade, Sophie Montel, Mireille d'Ornano (élu dans le Sud-Est), Joëlle Bergeron ou encore Bernard Monot, élus sous l'étiquette FN.

"On a tort de pousser Orban en dehors de l'Europe et du PPE, a de son côté commenté Laurent Wauquiez. Il faut arrêter d'opposer les uns aux autres". Chez les parlementaires français du PPE, neuf  (dont cinq LR) ont voté pour, cinq se sont abstenus (dont Brice Hortefeux, vice-président du conseil régional) et trois étaient absents. Seuls Franck Proust, Angélique Delahaye et Nadine Morano ont voté contre. Un motif de discorde à venir chez Les Républicains, où le schisme guette entre la ligne Wauquiez et un positionnement plus centriste.

 

à lire également
Thierry Coste, lobbyiste des chasseurs, et Gilles Chabert, conseiller montagne de Laurent Wauquiez © Brut / MaxPPP (montage LC)
Gilles Chabert, le conseiller spécial Montagne de Laurent Wauquiez, possède un carnet d’adresses bien rempli. Quant à Thierry Coste, le lobbyiste en chef des chasseurs, il a courroucé Nicolas Hulot, qui l’a mentionné au rayon des raisons l’ayant poussé à démissionner – une parmi les nombreuses victoires enregistrées par les chasseurs depuis le début du quinquennat Macron.
1 commentaire
  1. valency - 22 septembre 2018

    toujours la sur enchère extrémiste de wauquieze pour coller aux bottes de lepen ...

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut