Conseil-municipal-avril-2011_medium

La Ville adopte son budget sur fond de campagne électorale

La campagne des élections municipales s'est invitée, une fois de plus, lors du conseil municipal de ce vendredi à Lyon. Les conseillers ont adopté le budget 2014 de la Ville sous les applaudissements nourris de la majorité et les critiques de l'opposition. Récit.

Le conseil municipal de la ville de Lyon a adopté ce vendredi soir un budget de 781 millions d'euros dont 153 millions de dépenses d'investissement. 39 millions d'euros seront consacrés l'année prochaine aux espaces publics avec la poursuite des Rives de Saône notamment et du parc Sergent Blandan à Lyon 7e. 35 millions d'euros sont prévus aussi pour l'enfance (éducation + petite enfance), avec l'ouverture nouvelle de 40 places en crèche environ, 1200 en tout sur le mandat. Rien n'est prévu en revanche pour "les loisirs éducatifs" auxquels Yves Fournel (GAEC) a promis d'être "attentif" en référence à la réforme des rythmes scolaires théoriquement applicable à Lyon en 2014. La nouvelle cuisine centrale de la Ville ouvrira ses portes à Rillieux en fin d'année prochaine, elle permettra de préparer les 23 000 repas servis chaque jour dans le cantines scolaires de la ville. Le chantier se poursuit. Enfin en sport, 42,44 millions seront dépensés en 2014 par la Ville, dont 20 millions pour la réalisation de nouveaux équipements dont la deuxième tranche de la piscine du Rhône et un gymnase omnisport qui sortira de terre à la ZAC du Bon lait.

"Le dernier budget du peut-être dernier mandat de Gérard Collomb"

Tous les groupes ont voté en faveur de ce budget, sauf les groupes UDI, Lyon-divers-droite et UMP. Ce dernier emmené par le candidat aux municipales, Michel Havard a justifié son voteévoquant le "dernier budget du peut-être dernier mandat" de Gérard Collomb. L'ancien député a regretté que les impôts directs des Lyonnais aient augmenté depuis 2001, "passant de 191 millions d'euros à 318 millions d'euros, soit une augmentation de près de 65 %. On est à près de 84 % d'augmentation des recettes fiscales si on ajoute tout le reste des taxes" a martelé le candidat de la droite aux municipales. Le conseiller UDI, Christophe Geourjon, a conseillé au maire de "changer de logiciel", tandis que Michel Havard a qualifié cette politique d'augmentation des impôts (+6 % si Collomb est élu) de "dogmatisme de gauche".

318 millions d'impôts locaux perçus par la ville

Gérard Collomb s'est défendu devant sa majorité invoquant la masse des recettes fiscales, certes, 318 millions d'euros d'impôts locaux seront encore perçus par la ville en 2014 selon les prévisions. Une somme en hausse depuis 6 ans a reconnu le maire du fait du développement de la ville, du nombre supérieur de logements et d'habitants à Lyon, d'un élargissement des bases comme on dit dans le jargon. Mais "Lyon reste la ville la moins imposée de France parmi les villes de plus de 200 000 habitants en terme de taxe foncière. C'est la troisième la moins imposée en terme de taxe d'habitation", a argumenté le maire, graphiques et power point à l'appui.

"Attirer de nouveaux habitants, de nouvelles entreprises sur notre territoire, vous croyez que cela se fait tout seul ? a-t-il demandé à Michel Havard. Tous les jours nous nous retroussons les manches pour convaincre les entreprises de venir chez nous", a expliqué le candidat socialist citant l'exemple d'un grand groupe asiatique voulant investir à Lyon prochainement dans le numérique. "Je suis fier de ce que nous avons fait pour Lyon" a terminé le maire sous les applaudissements nourris des groupes de la majorité.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut