David Kimelfeld au conseil municipal, en septembre 2018 © Tim Douet
David Kimelfeld au conseil municipal, en septembre 2018 © Tim Douet

La métropole de Lyon veut s'engager contre Alzheimer

Ce matin, la métropole de Lyon tenait une table ronde pour la journée mondiale de la maladie d’Alzheimer. En compagnie de l’association France Alzheimer Rhône, David Kimelfeld a présenté ses mesures pour accompagner les personnes atteintes de cette maladie et leurs aidants.

Depuis le début de l’année 2018-2019, David Kimelfeld et son équipe sont à l’affut. Après avoir annoncé le plan collèges et le plan écologique et environnemental, ce matin, la Métropole jouait la carte de la santé. Et c’est la maladie d’Alzheimer qui était au cœur de toutes les discussions avec la journée mondiale de l’Alzheimer. Comment prévenir, diagnostiquer et accompagner les personnes âgées face à cette maladie. C’est la question à laquelle tentaient de répondre les personnes présentes à la table ronde. Pour l’occasion, le président de la Métropole était notamment accompagné de Bernard Rombeaut, le président de l’association France Alzheimer Rhône, mais aussi de chercheurs et de neurologues. Chaque année, 225 000 cas de maladie d’Alzheimer sont diagnostiqués et le nombre de Français touchés par cette maladie (directement ou indirectement) est évalué à 3 millions. Elle est la quatrième cause de mortalité dans l’hexagone. Un chiffre très important qui s’explique notamment par l’absence de traitements préventifs et curatifs pour traiter la maladie.

Accompagner les malades et leurs aidants

Pour s’investir davantage sur cette problématique, la métropole de Lyon a décidé de créer un plan d’accompagnement et de prise en charge des personnes âgées. "La métropole de Lyon est pleinement engagée et multiplie les initiatives pour préserver autant que possible l’autonomie des personnes âgées […] Les problématiques du handicap et de la maladie sont évidemment intégrées à ces dispositifs afin d’offrir un parcours de soin exemplaire aux personnes qui en ont le plus besoin", a expliqué David Kimelfeld, le président de la Métropole. Un projet divisé en cinq zones d’action. C’est le dispositif que l’exécutif a retenu et présenté ce matin, dans le cadre du Programme Métropolitain des solidarités 2017-2022. En accompagnant le maintien à domicile, les visites de professionnels médicaux et d’évaluer le niveau de perte d’autonomie, la Métropole a expliqué vouloir s’engager dans la prise en charge des malades et de leurs aidants. De même pour le niveau qualitatif des établissements collectifs en allouant l’aide sociale à l’hébergement "pour pouvoir maintenir ou réhabiliter les capacités fonctionnelles, cognitives et sociales des malades". Dans le même temps, quatre MAIA (qui sont des structures destinées aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer) ont déjà ouvert sur le territoire lyonnais. En guise de conclusion, David Kimelfeld a annoncé son soutien aux aidants des malades d’Alzheimer avec "la plateforme des aidants" et le "forfait mobilisable", et surtout son soutien à l’association France Alzheimer avec l’attribution d’une subvention de 15 000 euros. "C’est un honneur pour nous d’être soutenus par la Métropole de Lyon", a répété Bernard Rombeaut

à lire également
David Kimelfeld, lors de son élection à la présidence de la métropole – Grand Lyon, juillet 2017 © Tim Douet
À la tête de la métropole depuis dix-huit mois, David Kimelfeld accélère le rééquilibrage entre ses compétences urbaines (héritées du Grand Lyon) et sociales (récupérées du département). L’outil créé en 2015 commence selon lui à montrer les premiers signes de sa pertinence. Mais il demande aussi du temps. En creux, David Kimelfeld dresse l’inventaire de la patte qu’il a apportée à cette collectivité depuis qu’il a succédé à Gérard Collomb.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut