Gérard Collomb et David Kimelfeld au conseil de la métropole, le 10 juillet 2017 © Tim Douet
Gérard Collomb et David Kimelfeld au conseil de la métropole, le 10 juillet 2017 © Tim Douet

Kimelfeld menace LREM d’une guerre fratricide à Lyon

S'il n'est pas consulté de façon claire par la commission d'investiture de La République En Marche , David Kimelfeld menace de faire le choix “de l'émancipation”. Pour la première fois, le président du Grand Lyon indique clairement qu'il pourrait partir en dissidence face à Gérard Collomb. 

Kimelfeld va-t-il être le Macron de Collomb ? Dans un billet publié sur le blog du Huffington Post, David Kimelfeld, le président de la métropole de Lyon a clairement menacé La République en Marche de partir en dissidence si le parti politique d'Emmanuel Macron ne respectait pas les règles d'investiture. Le successeur de Gérard Collomb au Grand Lyon dit être inquiet de voir son parti qui a prôné l'arrivée “d'un nouveau monde” lors des présidentielles de 2017 rentrer dans le rang et “marcher” comme tous les autres partis politiques.

Aujourd’hui, nombre de nos militants et de nos soutiens expriment un trouble dont l’origine est claire : un mode de désignation de nos candidats qui ignore souvent les spécificités territoriales, les équilibres politiques locaux, une démarche trop verticale et finalement éloignée des principes à la source de notre mouvement. Ainsi, dans plusieurs villes, les choix déjà arrêtés ou ceux qui se dessinent font naître le scepticisme, voire le désenchantement. Des choix qui ne prennent pas en compte les projets des candidats, leur dynamique et leur capacité à rassembler par-delà les étiquettes”, écrit-il en parlant évidemment de lui-même et de Gérard Collomb. 

Une décision de la commission d'investiture devrait être rendue prochainement et c'est bien l'ancien ministre de l'Interieur qui tiendrait la corde pour l'élection métropolitaine. Une perspective qui oblige David Kimelfeld à bouger. “Le temps de la campagne est lancé, il est donc urgent que la Commission nationale d’investiture auditionne les candidats, sur la base de leur projet, leur profil, et leur capacité de rassemblement sur leur territoire. Seul le respect de ces principes rendra sa décision acceptable, quelle qu’elle soit. Seul le respect de ces principes pourra créer les conditions du succès à Lyon, et partout en France”, lance le maire du 4e. Puis il conclut en se faisant plus menaçant : “À l’inverse, les ignorer ne pourrait que favoriser le choix de l’émancipation”. On ne peut faire plus claire. 

à lire également
Equipage de la Police nationale à Lyon © Tim Douet
Face aux problèmes créés par le trafic de cannabis, la municipalité villeurbannaise sortante avait lancé une grande concertation sur la dépénalisation. Un choix jugé aujourd’hui risqué électoralement. Les remontées des habitants sur la tranquillité publique ne sont pas élogieuses.
2 commentaires
  1. JANUS - 3 octobre 2019

    Kim 1° n'aura pas mis longtemps pour se révéler !

  2. Galapiat - 3 octobre 2019

    partir en dissidence?? c'est où !!! à coté de ceux qui parte en panique pendant leur ptit djné

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut