Givors : une guillotine pour dénoncer “la décapitation des communes”

Une vingtaine d’élus PCF de la ville de Givors, coiffés de bonnets phrygiens, ont installé une guillotine dans la matinée pour dénoncer la baisse des dotations de l’État.

La scène s'est déroulée ce dimanche matin, devant l'hôtel de ville de Givors, alors que le marché dominical faisait le plein. Parmi ces élus, le maire de la ville, Martial Passi, a déclaré à l'AFP : "L’État décapite les services publics et ça nous
 oblige à réduire la voilure dans les domaines sportifs, culturels et 
l'enseignement." Selon lui, sa commune va "perdre un million d'euros par an sur trois ans, soit six millions 
cumulés".

Durant le marché, les élus ont aussi distribué des tracts aux habitants : "On veut que la population se mobilise pour ne pas perdre les services publics auxquels elle a droit. Il faut sonner la 
mobilisation générale, c'est catastrophique", a ajouté Martial Passi, également vice-président de l'Association des maires de France (AMF).

Une contestation qui en appelle d’autres

Selon l'AMF, la baisse des dotations de l'État aux communes s'élève à 12,7 milliards d'euros sur trois ans.

Dans le même objectif, l'AMF "organisera une journée nationale d'action en septembre, dans toutes les communes de France", pour protester contre "la manière dont la commune est marginalisée et les maires et les élus stigmatisés", ont-il annoncé par communiqué.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut