Gilets jaunes 10 mars @Lyon @ Thomas Frénéat

Gilets jaunes : le Grand Lyon débloque 70 000 euros pour les commerçants

Cette enveloppe s'ajoutera aux 180 000 euros débloqués par l'État et la ville de Lyon. 

Le conseil de la métropole de Lyon a adopté ce lundi une subvention totale de 70 000 euros pour les commerçants du centre-ville de Lyon dont l'activité a été impactée par les différentes manifestations de Gilets jaunes depuis un an. Une somme répartie de la façon suivante : 60 000 € au profit de l’association My Presqu’île, 7 000 € pour l’association Mouvement Carré Nord Presqu’île et 3 000 € pour l’association Village des créateurs.

Selon la délibération, “l’Office du tourisme de Lyon Métropole enregistrant jusqu’à 30 % de baisse de fréquentation depuis le début du conflit et une forte chute des ventes de visites touristiques sur Lyon”. Dans le même sens, la métropole de Lyon explique que “fin mars 2019, les commerçants de la Presqu’île faisaient état d’une baisse moyenne de chiffre d’affaires de 30 % et d’un risque avéré de disparition de nombreuses activités ne pouvant disposer d’une trésorerie suffisante pour amortir l’impact de ce mouvement sur leurs performances économiques.” Ces 70 000 euros s'ajouteront aux 150 000 euros apportés par l'État et 30 000 euros par la ville de Lyon, “destiné à accompagner financièrement les actions d’animation et de promotion portées localement par les collectivités et leurs partenaires”.

Pour Denis Broliquier, le maire du 2e arrondissement, ce montant ne “suffit pas”. “Ce serait une analyse simpliste d'attribuer aux Gilets jaunes la baisse d'activité de notre centre-ville”, a-t-il déclaré. Selon l'élu centriste, les problèmes rencontrés par les commerçants relèvent de plusieurs maux : “Trop de chantiers, de multiples manifestations, la saleté, l’augmentation du nombre de SDF, la politique de stationnementde la ville de Lyon, et l’insécurité, tout cela sur un fond de développement du e-commerce”. 

Fouzyia Bouzerda, la vice-présidente qui porte cette délibération, a souscrit aux propos de Denis Broliquier, notamment sur l'apaisement nécessaire du centre-ville. “La piétonnisation va dans le sens de cet apaisement”, a-t-elle jugé. David Kimelfeld a lui proposé que la métropole prenne en charge “le bornage” de la Presqu'île “comme ça se fait dans le vieux Lyon”, pour répondre aux problématiques de sécurité et de tranquillité publique. 

à lire également
Gérard Collomb s'allie à la droite pour barrage aux écologistes
En s’alliant à la droite pour contrer la vague verte, Gérard Collomb a joué le tout pour le tout et a perdu. Vaincu dans son fief du 9e, il retrouve les bancs de l’opposition après vingt ans de règne. Et un combat de trop.
Faire défiler vers le haut