Capture d’écran 2012-06-12 à 18.18.44

Georges Fenech ne craint pas de se mesurer au FN dimanche prochain

Le magistrat lyonnais évincé par son suppléant en 2007 est donné gagnant dimanche prochain. Seul face au FN, il ne devrait pas avoir grand mal à se faire réélire. En pleine vague rose, René Balme, candidat Front de gauche pointe la "responsabilité" du PS national. L'intéressé quant à lui refuse qu'on dévalue sa victoire.

Selon l'entourage de Gérard Collomb la sentence aura été est la même dans la 11e circonscription du Rhône et dans la 1ère. "On n'envoie pas un candidat mal implanté localement aux législatives" analyse une collaboratrice du maire sourire en coin ce mardi.

De fait, la candidate parachutée par le PS depuis Marseille, France Gamerre, ex-présidente de Génération écologie, n'aura réussi à recueillir que 17,22 % des voix dimanche dernier. Moins des 12,5% des voix des inscrits ce qui l'exclut d'office du second tour. Même sanction pour le dissident Guy Palluy, bien implanté localement et qui fagocite tout de même 12,1% des voix au détriment de la candidate "officielle". "Nous avions imaginé un second tour face au FN compte tenu de la très grande division à gauche, mais nous ne l'attendions pas" réagi Georges Fenech (photo), le candidat UMP.

Mais avec les 6,77% de René Balme (Front de Gauche) et les 3,94% recueillis par Jean-Charles Kohlhaas (EE-LV), la dilution des voix de gauche explique sans surprise, l'absence de candidat de la gauche dimanche prochain au second tour dans la circonscription. La gauche recueille pourtant 42,18% des suffrages exprimés sur le papier si l'on additionne les reports de voix évidents au 1er tour.

Remontée de dix points du FN

Parallèlement, le FN, en la personne d'Agnès Henry, effectue une spectaculaire remontée par rapport à 2007. Plus de 10 points de plus par rapport aux législatives d'il y a 5 ans à 18,87 % des voix. Les déçus du Sarkozysme expliqueraient-ils ce score ? "En partie", analyse Georges Fenech qui reconnaît une certaine responsabilité à l'UMP. "On a mal expliqué les réformes. Pourtant, la France a connu une baisse de 16% de la délinquance durant ce mandat, c'est inédit. Et toutes les réformes, l'immigration que nous avons régulée". Le candidat UMP ne pas à un vote d'adhésion, plutôt à "une crise de confiance". "Nous le mesurerons dans le résultat que nous ferons dimanche prochain" prédit-il.

Il peut être optimiste. Ce midi, lors d'une conférence de presse donnée à Givors, "tous les maires de la circonscription ont appelé à voter pour moi", se félicite le magistrat. Y compris les maires de gauche et Gérard Collomb en tant que président du Grand Lyon représentant les intérêts de la commune de Givors. "Ils ne veulent pas du FN", explique Georges Fenech qui admet une certaine frustration à devoir affronter le FN dimanche prochain. "J'aurais voulu ce débat avec la gauche" déplore-t-il.

"On a écrasé le député sortant"

Le magistrat frustré d'autant plus que d'aucuns en profitent déjà pour dévaluer sa victoire annoncée. Il réfute en précisant qu'il a amélioré son score de plus de 9 points par rapport à 2007, à 29,1% au 1er tour contre 20% il y a 5 ans. Il veut aussi qu'on reconnaisse sa campagne menée d'arrache-pied contre Raymond Durand. "Je me suis battu et je n'ai pas été gâté par Michel Mercier, le président du conseil général est venu plusieurs fois soutenir Raymond Durand (candidat nouveau-centre, député sortant) dans la circonscription". "J'entends les socialistes qui parlent de victoire au rabais, mais ce n'est pas vrai ! s'insurge le candidat UMP. Il y a certes une enclave communiste à Grigny-Givors, mais pour le reste, il s'agit d'une vaste circonscription rurale. J'ai toujours été proche des agriculteurs et je les soutiens. Nous n'avons pas gagné par défaut. On a écrasé le député sortant. C'est un résultat sans appel qu'il ne faut pas sous estimé".

Dans la perspective des municipales de 2014 après les législatives, Georges Fenech promet déjà d'être au rendez-vous. "Je vais apporter tout mon poids à la fédération UMP du Rhône. Je suis à l'entière disposition de ma famille politique et je contribuerai à tous les combats y compris 2014", promet Georges Fenech.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut