Entre le Lou et l'OL, Collomb régule la concurrence

À force de hurler à la future concurrence déloyale qu'allait créer le Lou à Gerland, Jean-Michel Aulas a été entendu par Gérard Collomb. Le maire de Lyon limite à cinq dates par an la possibilité pour Olivier Ginon d'organiser des concerts et promet une nouvelle ligne de transports en commun pour desservir le parc OL.

Stade de Gerland

© Robin Favier
Stade Gerland

Lundi, le conseil municipal se penchera sur le contrat de bail emphytéotique qui liera la Ville de Lyon au Lou, nouvel occupant du stade de Gerland. La prise de contrôle de l'enceinte fait l'objet d'une guerre froide, depuis quelques mois, entre deux des patrons locaux les plus influents  : Olivier Ginon, actionnaire majoritaire du Lou et PDG de GL Events, et Jean-Michel Aulas. Ce dernier crie à la "concurrence déloyale". Il redoute, en effet, que le Lou prenne des parts de marché au parc OL sur le créneau de l'évènementiel. "Nous avons besoin que le parc OL fonctionne toute l'année pour être rentable", expliquait Jean-Michel Aulas, vendredi dernier. La concurrence était d'autant plus crainte du côté de l'OL qu'Olivier Ginon est l'un des leaders mondiaux de l'évènementiel.

5 dates de concerts pour le Lou

Face à ce conflit qui allait en s'embrasant, Gérard Collomb a décidé de concilier les deux présidents de club sportif. Au stade de Gerland, le Lou ne pourra organiser que cinq évènements extrasportifs sans en demander l'autorisation à la Ville de Lyon. Gérard Collomb se pose donc en autorité de régulation de la concurrence entre le Lou et l'OL. Pour faire passer la pilule de Gerland à Jean-Michel Aulas, le maire de Lyon promet aussi, sans plus de précisions, la création d'une ligne de transports en commun pour accéder au parc OL, en supplément du dispositif des soirs de match. "Les dirigeants de l'OL sont sur le point de réaliser des équipements connexes (centre de loisirs, bureaux, hôtels). Le site va être occupé de manière permanente, il faut déterminer un moyen de les desservir tout le temps", justifie Gérard Collomb.

Le Grand stade de Décines

©Tim Douet
Le Grand stade de Décines

66 millions pour rénover Gerland

Le maire de Lyon a aussi livré les détails du bail emphytéotique qui fera du Lou le propriétaire de Gerland pour les 60 prochaines années. La Ville va indemniser le club de rugby à hauteur de 9,5 millions d'euros. Une somme qui correspond au montant des travaux, non amortis, entrepris par le Lou au Matmut stadium dans le 8e. À Gerland, le club tout juste remonté en Top 14 versera un loyer annuel de 300 000 euros et la municipalité sera intéressée au chiffre d'affaires (entre 2 % et 3 %). Contractuellement, le Lou s'engage à réaliser 66 millions d'euros de travaux. Le chantier se fera en trois étapes. Durant les trois prochaines années, il s'agira de modifications de première nécessité pour 3 millions d'euros. Le Lou passera ensuite à la vitesse supérieure en injectant 40 millions d'euros au cours des sept années suivantes. Aux abords du stade, la collectivité prévoit de rendre constructible pour 20 000 à 30 000 m2 d'équipements à construire pour le Lou. Le sort réservé à la piscine, dont la Ville ne voulait pas financer une rénovation, est remis entre les mains du club de rugby. Seule certitude, l'ouvrage ne pourra pas être détruit.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut