Capture d'écran du site d'Elan

Emmanuel Hamelin et son micro-parti peu transparent

Le conseiller municipal UMP Emmanuel Hamelin a décidé de dissoudre son micro-parti, qui n'a jamais déposé ses comptes depuis sa création. Ce qui pose question concernant le financement de la campagne électorale de l'UMP dans le 4e arrondissement.

Emmanuel Hamelin est un homme heureux, car son favori pour 2017, Nicolas Sarkozy, revient dans l'arène. N'empêche, la période politique est difficile à titre personnel. Défait aux primaires de la droite et du centre avant les municipales lyonnaises, non désigné par l'UMP pour concourir aux sénatoriales... Il ne lui reste plus qu'un mandat de conseiller municipal. Et un micro-parti devenu inutile.

Hamelin dissout son micro-parti

Engagé pour Lyon avec une ambition nouvelle (Elan) a été lancé en 2010, en vue des municipales 2014. De quoi se donner une visibilité et récolter quelques dons de sympathisants. Elan est "un outil associatif, pour organiser un certain nombre de choses, financer des opérations", expliquait début août Emmanuel Hamelin. "Quand on est un parti politique, on a droit à des déductions fiscales. C'est plus facile d'obtenir des aides des uns et des autres dès lors qu'il y a des exonérations à la clé." Elan compterait "à peu près une centaine d'adhérents", selon son fondateur.

Durant la campagne des primaires, Elan a financé "des outils de communication uniquement : documents, flyers...", énumère l'élu. "Il n'y a pas eu grand-chose sur ces comptes-là", précise-t-il. Mais peu importe le montant des dépenses du candidat Hamelin à la primaire ! La loi est claire : il convient de "totaliser et de décompter" les dépenses du candidat aux primaires dans le compte de campagne de l'arrondissement où il s'est présenté ensuite aux municipales. Or Emmanuel Hamelin a été présent sur la liste UMP du 4e arrondissement. La loi l'obligeait donc à inscrire dans les comptes de l'association de financement de l'UMP 4e aux municipales, les dépenses d'Elan à la primaire. Questionné sur ce point, l'élu répond, évasif : "Je pense que oui... ils ont dû être reversés sur l'association de financement. Du 4e arrondissement... normalement."

Refus de publier ses comptes

Les comptes de cette association de financement pour les municipales deviendront publics en janvier 2015. Ils seront, au préalable, visés par la Commission des comptes de campagne (CNCCFP). Il suffirait alors d'être patient, pour vérifier ce qu'affirme Emmanuel Hamelin... Sauf que les comptes d'Elan n'ont, eux, jamais été déposés à la CNCCFP. Concernant les comptes 2013, le conseiller municipal reconnaît les avoir envoyé "en retard". C'est-à-dire après la date limite du 30 juin 2014. Résultat : ils ne seront pas inspectés par la Commission, ni rendus publics.

Le citoyen qui aurait souhaité comparer les comptes d'Elan avec ceux de l'association de financement de la campagne UMP dans le 4e, histoire de vérifier si le code électoral a été respecté, devra se contenter de croire Emmanuel Hamelin sur parole. D'autant que l'élu refuse tout net de faire la transparence sur la comptabilité d'Elan, au motif que le micro-parti est "en cours de dissolution".

à lire également
1 commentaire
  1. kaoetic - 28 septembre 2014

    As t on un préfet dans ce pays ?...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut