Bulletins vote élections
© Tim Douet

Elections européennes : la participation en forte hausse à 17 heures

Alors que la participation était en hausse à midi, la tendance s'accentue à 17 heures. 43,29 % des citoyens français inscrits sur les listes électorales se sont pour l'heure déplacés dans leur bureau de vote, qui fermeront leurs portes à 20 heures dans les grandes villes, dont Lyon. C'est huit points de plus qu'en 2014 à la même heure (35,07 %).

La tendance se confirme. Ce scrutin européen suscite un regain d'intérêt chez les citoyens français. Après les chiffres de participation en hausse à la mi-journée (lire ici), particulièrement dans le département du Rhône (lire ici), ceux de 17 heures sont encore meilleurs. 43,29 %* des inscrits ont déjà voté en cet fin d'après-midi. C'est déjà plus que le taux de participation définitif du second tour des des dernières législatives.

Huit points de plus qu'en 2014

C'est huit points de plus qu'en 2014, quand 35,07 % des inscrits avaient glissé leur bulletin dans l'urne à 17 heures. Et 42,43 % à la clôture des bureaux. A Lyon la participation était de 47,89 % du corps électoral en 2014. Pour donner un ordre de comparaison la participation lors du premier tour des élections législatives était de 40,75 % à 17 heures et 48,71 % en fin de journée.

Auvergne-Rhône-Alpes, tête de classe

Certains départements de la région font partie des très bons élèves en matière de participation. L'Ain et l'Ardèche se classent ainsi 2e et 3e au niveau national pour la participation à 17 heures. Alors que les Aindinois étaient les Français ayant le plus voté à midi (lire ici), 46,55 % d'entre eux ont déjà voté en cet fin d'après-midi. La participation explose dans le Rhône (lire ici), qui se classe aussi parmi les meilleurs élèves.

Verdict à 20 heures

Il ne reste que quelques heures aux personnes souhaitant faire entendre leur voix pour se déplacer dans leur bureau de vote. A Lyon, ils resteront ouverts jusqu'à 20 heures. Les premiers résultats partiels sont attendus pour 20 heures.

*Tous les chiffres proviennent du ministère de l'Intérieur

à lire également
L’ex-conseiller régional LFI Andréa Kotarac au meeting RN d’Hénin-Beaumont, le 24 Mai 2019 © Philippe Huguen / AFP
C’est une bascule inédite – des Insoumis au Rassemblement national – qui se lit comme un roman d’espionnage. La volte-face d’Andréa Kotarac s’est opérée dans un climat marqué par les tentatives d’influence russes sur la politique française, avec des entremetteurs et des considérations financières. Retour sur une bascule plus médiatique qu’idéologique.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut