bureau de vote Présidentielle 2017
© Grégor Clauss

Elections européennes : la participation en hausse à midi

A la mi-journée la participation est plus forte qu'il y a cinq ans à la même heure. Avec 19,26 % des citoyens français déjà passés dans leur bureau de vote, ce scrutin électoral est en avance sur les temps de passage de 2014, quand 15,70 % des électeurs s'étaient déplacés à la mi-journée et 42,43 % en fin de journée (47,62 % à Lyon).

Parmi les 430 millions de citoyens européens dont 47 millions de Français appelés aux urnes, beaucoup ne se déplaceront pas. Les scrutins européens sont traditionnellement boudés des électeurs, notamment hexagonaux. Pourtant, la participation à midi est cette année en hausse, de près de quatre points par rapport à 2014.

Quatre points de plus qu'en 2014 à midi

A midi, 19,26 % des électeurs se sont rendus dans leur bureau de vote, indique le ministère de l'Intérieur. C'est plus qu'il y a cinq ans à la même heure. A l'époque 15,70 % des électeurs s'étaient déplacés à la mi-journée. Et 42,43 % à la clôture des bureaux. A Lyon la participation était de 47,89 % du corps électoral en 2014. Pour donner un ordre de comparaison la participation lors du premier tour des élections législatives était de 19,24 % à midi et 48,71 % en fin de journée.

Mise à jour 12h30 : La participation à midi dans le département du Rhône est tombée. Et elle est très élevée (lire ici). Idem dans l'Ain (lire ici)

Les bureaux de vote ouverts jusqu'à 20 heures à Lyon

Une participation en hausse, donc. De quoi inciter les Français à aller voter cet après-midi ? Et choisir entre les 34 listes présentés, qui ne disposent pas toutes de bulletins dans les urnes. La plupart des têtes de listes ont déjà voté. Le couple présidentiel était attendu pour glisser son bulletin au Touquet, à midi. A Lyon, les bureaux de vote seront ouverts jusqu'à 20 heures.

Elections européennes  : les petites villes manquent d'assesseurs, pas Lyon

à lire également
L’ex-conseiller régional LFI Andréa Kotarac au meeting RN d’Hénin-Beaumont, le 24 Mai 2019 © Philippe Huguen / AFP
C’est une bascule inédite – des Insoumis au Rassemblement national – qui se lit comme un roman d’espionnage. La volte-face d’Andréa Kotarac s’est opérée dans un climat marqué par les tentatives d’influence russes sur la politique française, avec des entremetteurs et des considérations financières. Retour sur une bascule plus médiatique qu’idéologique.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut