Capture d’écran 2013-05-21 à 16.31.38

Débat de la primaire UMP : sur quoi sont-ils en désaccord ?

Capture d’écran 2013-05-21 à 16.31.38 ()

Les cinq prétendants à l'investiture UMP aux municipales de Lyon débattaient ce lundi sur TLM/RCF et LCP-Assemblée nationale. Sécurité, transport, logement, métropole : ils ont exprimé leurs convergences et leurs oppositions. Résumé.

Sans passe d'arme mais avec des différences assumées, les cinq candidats se retrouvaient ce lundi sur le plateau de TLM pour le premier débat de la campagne des primaires UMP. Aucun n'a vraiment gagné, au cours d'une soirée où ils ont surtout exprimé leur volonté d'en découdre face au maire actuel plutôt que de s'opposer. Georges Fenech est apparu offensif et se jetant dans la mêlée tandis que Michel Havard s'est ménagé. Myriam Pleynard n'a pas démérité.

Transports : une nouvelle ligne de métro ?

Tous en conviennent, il faut prolonger la ligne A jusqu'à Confluence. Michel Havard en fait un axe fort de sa campagne, s'inscrivant dans le sillage de Michel Noir et d'Henry Chabert, attachés au métro. L'actuel président du groupe municipal d'opposition plaide pour une nouvelle ligne St-Paul/Gare de la Part-Dieu via la Presqu'île. Un chantier qui s'étalerait selon lui sur deux mandats et qu'il envisage même de poursuivre, à l'avenir, jusqu'à Montchat et l'hôpital Femme-Mère-Enfant (Bron). Cette proposition n'est pas reprise par les autres candidats. Emmanuel Hamelin préfère un prolongement des voies ferrées, pour y faire circuler un tram-train. Et Nora Berra juge qu'elle "n'est pas soutenable pour les finances locales". Elle préfère le prolongement du métro B actuel, vers les hôpitaux Sud d'un côté, vers la Doua de l'autre.

Capture d’écran 2013-05-21 à 19.30.17 ()

Pour fluidifier la circulation, Michel Havard propose une application smartphone qui, sur le modèle de San Francisco, signalerait les places de stationnement disponibles. Georges Fenech a défendu sa proposition de téléphérique, qui coûte "deux fois moins cher que le rail". Et suggère d'utiliser les "62 km de voies de tramway" pour y faire circuler du fret.

Construire des tours et de hauts immeubles ?

Georges Fenech a moqué la volonté du maire actuel de réaliser des tours, projet qui embrasse selon lui "une vision de New York des années 70". Pourtant, Emmanuel Hamelin et Nora Berra ne s'opposent pas à une plus grande densification de la ville. Michel Havard prend Gerland en contre-exemple, "où les habitations sont de faible hauteur et les artères trop étroites". Lui qui veille à ne pas trop se dévoiler avant les municipales de l'an prochain a peut-être esquissé ce qui serait un axe fort de sa campagne, s'il était le vainqueur de cette primaire : opposer aux grands projets du maire sortant la "qualité de vie dans les villages de la ville", qui se dégraderait.

Capture d’écran 2013-05-21 à 19.30.42 ()

Myriam Pleynard et Nora Berra lui ont emboîté le pas. "Il faut arrêter la folie des grandeurs", a imploré la première. L'ex-ministre a proposé qu'une loge de gardien soit systématiquement prévue pour tout programme neuf, et ce "pour trouver un bon équilibre entre sécurité et services". "Je n'ai pas envie que Lyon devienne, comme Paris, une ville de bureaux et de nantis", a-t-elle renchéri. Pour "briser" la spéculation immobilière, l'ex-ministre s'est presque faite marxiste, demandant la création d'une agence chargée de préempter les terrains, proposés ensuite à des bailleurs.

Armer la police municipale ?

Capture d’écran 2013-05-21 à 19.28.59 ()

"Faire de Lyon la ville la plus sûre de France." Georges Fenech a rappelé son slogan de campagne, prenant exemple sur la ville de Nice, qui totalise 380 policiers municipaux quand Lyon en compte 322 (1). Police dont tous veulent une augmentation des effectifs. Le député souhaite que les agents soient armés (Taser et armes de 4e catégorie). Il a moqué Jean-Louis Touraine, premier adjoint en charge de la tranquillité publique : "Vous ne nommez pas à la tête de la police municipale un médecin", s'est-il esclaffé. Une remarque qui a fait grincer les dents de Nora Berra, ex-médecin. "Permets-moi, Georges, d'avoir des idées sur ce sujet-là", a-t-elle répliqué. La députée européenne a souligné la hausse "à deux chiffres des vols et des cambriolages".

Les cinq candidats ont épousé la ligne Fenech. Myriam Pleynard n'est pas opposée à l'armement de la police municipale, et Nora Berra dit ne pas avoir de "religion" sur le sujet. Tous souhaitent aussi une extension de la vidéosurveillance, qui doit "être doublée" selon Emmanuel Hamelin. Myriam Pleynard, plus nuancée, a souligné les limites du pouvoir de police du maire et de la police municipale, par exemple quant aux contrôles d'identité. Une remarque qui a agacé "l'ex-magistrat", qui n'entend pas recevoir "de leçon de droit".

Roms : démanteler les camps ?

Les uns et les autres ont déploré la situation des Roms, regrettant notamment que leurs pays d'origine ne fassent pas suffisamment d'efforts pour intégrer ces populations devenues nomades. Mais c'est Georges Fenech, fidèle à sa ligne sécuritaire, qui est allé le plus loin en proposant de constituer "une brigade antisquat pour démanteler les camps illicites". Il n'a pas précisé le cadre réglementaire qui présiderait à ces expulsions. "Renvoyer ces familles dans un pays européen n'est pas simple", a opposé Emmanuel Hamelin, invitant les candidats "à se poser les bonnes questions".

Que faire de Gerland ?

Capture d’écran 2013-05-21 à 19.34.35 ()

Les candidats ont écourté le débat sur le Grand Stade. Tout juste Myriam Pleynard a-t-elle soufflé qu'elle "aurait tout laissé à Gerland", tandis que Nora Berra a expliqué vouloir "poursuivre le Grand Stade" qu'elle a toujours défendu. Elle suggère de faire de Gerland "un grand campus du sport", y concentrant "le sport amateur, le sport universitaire et le sport loisir". Emmanuel Hamelin veut raser le palais des Sports actuel pour y dresser une salle multifonction accueillant des compétitions sportives internationales et des concerts. "Une sorte de Zenith, comme à Saint-Etienne", résume-t-il.

L'eurométropole, un bon projet ?

Quid de l'aéroport Saint-Exupéry, extérieur au territoire de la métropole ? Nora Berra a insisté sur cet enjeu. Une absence qui témoigne, selon Emmanuel Hamelin, de la "vision étriquée" de Gérard Collomb. Michel Havard a pointé "deux risques" contenus dans le projet : l'"éloignement du citoyen (…) et de la décision". Et le niveau élevé des dépenses de fonctionnement du conseil général, avalé par la métropole. Georges Fench a émis une prophétie : la disparition "tôt ou tard" des départements, le futur conseil général du Rhône ne pesant que 400 000 habitants. En préambule au débat, il avait raillé les "120 personnes" qui travailleraient au cabinet du maire, et même "171 salariés à temps plein" si l'on intègre la communication et l'événementiel.

Gérard Collomb

Sur ce point, ils ont exprimé leur communauté de vue. Ce fut un concours de qui mieux égratignerait l'édile actuel. D'abord en le renvoyant à son appartenance à la majorité de gauche. "Gérard Collomb est un maire socialiste qui a voté le mariage pour tous et le matraquage fiscal", a souligné Georges Fenech. "Il se cache", a résumé Michel Havard. Ensuite, Myriam Pleynard a dénoncé le "système Collomb", "fiction de concertation". "C'est un très bon exemple de la professionnalisation de la vie politique" qu'elle regrette. Nora Berra rappellera deux fois que le maire actuel a été élu conseiller municipal en 1977. "Lyon ne possède pas un grand maire", a-t-elle vitupéré, raillant un "élu usé". Pour Emmanuel Hamelin, Gérard Collomb, après voir été "un coucou" pour avoir fait siens les projets de ses prédécesseurs, est "un prestidigitateur".

---

(1) 327 en 2007, selon un rapport de la chambre régionale des comptes.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut