Collomb veut virer le trublion Tête

“Si on pense que les gens avec vous sont des voyous, on quitte la bande à Bonnot” avait récemment prévenu Gérard Collomb. Le maire de Lyon est, d'après Le Progrès, passé à l'action en retirant sa délégation (cadre de vie) à son adjoint Étienne Tête (Les Verts).

Le maire de Lyon Gérard Collomb (PS) aurait retiré sa délégation (cadre de vie) à son adjoint Étienne Tête (Les Verts). Cette sanction, révélée ce matin par nos confrères du Progrès, ferait suite à un article de Tribune de Lyon jeudi, où Étienne Tête s'en prenait avec virulence à Gérard Collomb sur le dossier d'Euronews. Contacté par Lyon Capitale, Étienne Tête n'a pas souhaité réagir. Mais d'après nos informations, il aurait écrit au maire de Lyon dès la sortie de Tribune de Lyon pour lui expliquer que ses propos avaient été “déformés”. Un rendez-vous entre les deux hommes aurait été fixé pour lundi.

Si cette sanction était confirmée dans les prochains jours, il sera difficile de ne pas faire un lien avec deux actualités plus brûlantes que le dossier des subventions accordées à Euronews : la campagne des régionales, où les rapports PS / Verts se sont nettement tendus depuis qu'un sondage confidentiel a donné les écologistes devant les socialistes. Et surtout le dossier du Grand Stade, puisque Gérard Collomb a appris la semaine dernière qu'il devait reprendre toute la procédure à zéro et que le maire de Lyon a vu la “patte” de son très procédurier adjoint derrière les recours intentés par les associations contre l'OL Land.

Voilà pour le contexte. Mais Étienne Tête n'est pas tout à fait un élu comme les autres et son limogeage prendrait forcément une signification très politique. "Sieur Chicano", comme l'avait surnommé en son temps Michel Noir, est à l'origine des principales "affaires" qui ont fait l'actualité lyonnaise. Gynécologue de formation, ce militant vert “autonomiste” est surtout connu pour ses talents juridiques. C’est lui qui a fait invalider l’élection de Charles Millon à la Région, rendu gratuit le pont de Téo, “sauvé” Miribel-Jonage des promoteurs ou obligé l’OL à payer un loyer pour le stade de Gerland. À l'origine de très nombreux recours en justice, Tête a gagné la réputation d'être un élu intègre - voire "intégriste" pour ses détracteurs - et un farouche défenseur des intérêts des contribuables.

“Si on pense que les gens avec vous sont des voyous, on quitte la bande à Bonnot”

En 2001, Gérard Collomb l’avait intelligemment nommé adjoint aux marchés de la Ville de Lyon. Avec l’ancien banquier Patrick Bertrand aux marchés publics du Grand Lyon, Collomb s’était ainsi adjoint deux gages de transparence, pour son premier mandat. Deux gages qui ont disparu lors du second : Bertrand a démissionné en dénonçant des marchés “pipés” dans son dos par Gérard Collomb. Étienne Tête a été relégué au dernier rang des adjoints lors des dernières municipales, avec une délégation aussi petite que le “placard” qui lui a été attribué comme bureau.

En virant Tête, Collomb se débarrasserait d’un “gêneur” qui a régulièrement contrarié ses projets en lui rappelant les règles légales en vigueur. Collomb attend de sa majorité un soutien sans faille, même lorsqu’il se met dans l’illégalité. Ainsi, dans l’affaire des indemnités illégales de Bernard Rivalta, président du Sytral, Gérard Collomb a reproché à l’élue écologiste Béatrice Vessiller d’avoir fait appel à la justice. “Si on pense que les gens avec vous sont des voyous, on quitte la bande à Bonnot” lui avait-il lancé durant un conseil syndical du Sytral. Curieuse conception de la démocratie.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut