"Collomb est trop prudent"

SERIE DU LUNDI - Gérard Collomb est-il présidentiable ? Alors que le maire de Lyon multiplie les prises de positions nationales de façon à asseoir sa candidature à la primaire socialiste, nous avons interrogé des journalistes politiques et éditorialistes de la presse nationale. Cette semaine, Raphaëlle Baqué,grand reporter politique au Monde.

"Il est identifié à Lyon mais ce n'est pas une figure nationale. C'est un grand maire d'une grande ville. Je serais très surprise qu'il aille jusqu'aux primaires. En revanche, il va peser dans le choix des présidentiables, comme on l'a vu en 2006 quand il a soutenu très tôt Ségolène Royal. Il pèse autant que Georges Frêche ou Jean-Noël Guérini, comme les grands élus de Rhône-Alpes, de PACA ou du Nord qui comptent au PS. Mais il lui manque la notoriété, le charisme et peut-être l'ambition.

Pour devenir présidentiable, il faut avoir le soutien des militants ou de l'opinion. Or il n'est même pas dans les sondages ! La notoriété se construit sur des prises de position. Or il est très modéré. Je ne suis pas capable de dire ce qu'il pense sur les retraites, la réforme de l'école ou l'université. Il incarne un certain type de socialisme, capable de parler aux entrepreneurs. Il y a en Rhône-Alpes des pôles de recherche très importants. Je trouve dommage qu'il ne s'empare pas de ces sujets pour lesquels le PS a besoin d'une voix. Il est beaucoup trop timide, trop prudent".

A suivre : Nicolas Domenach, directeur adjoint de Marianne

Lire aussi : Claude Askolovitch, rédacteur en chef du service politique au Journal du dimanche :
"Un héritier de Délors et Rocard"

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut