Conseil municipal de la ville de Lyon © Tim Douet

Affaire Collomb : comment les élus municipaux réagissent à Lyon ?

“Affaire politique”, “pas de commentaires sur une affaire en cours”, “arroseur arrosé”, les élus d'opposition à Lyon ont fait preuve d'une certaine retenue après l'annonce de l'ouverture d'une enquête préliminaire sur des soupçons de “détournements de fonds publics”, au profit de l'ex-compagne de Gérard Collomb. Du côté de la majorité, c'est silence radio.

Nathalie Perrin-Gilbert (Gram)

Nathalie Perrin-Gilbert s'amuse de la réaction de certains élus de la majorité : “Ils ont attendu que Gérard Collomb soit suffisamment affaibli pour dire des choses qu'ils savent ou ont accompagnées depuis longtemps. Ce sont pourtant des gens qui ont été en capacité de dire non à Gérard Collomb ou de lui signifier qu'il exagérait”.

Pascal Blache (Divers-Droite)

“J'entends parler d'heures supplémentaires pour des assistantes de cabinet de mairie qui gagne entre 1400 et 1500 euros par mois. Dans la réalité, on leur affecte environ 10h d’heures sup par mois et c'est un plafond que l’on ne peut pas dépasser. Mais ce qu’il faut dire c’est qu’elles font bien plus que 10h supplémentaires. Donc si l’affaire porte sur cela c’est quelque chose de légal et formel et je ne vois pas de problème spécifique. Ça m’amène à me demander : « qui veut la peau de Gérard Collomb ?”.

Stéphane Guilland (Les Républicains) :

“À la différence de Gérard Collomb je ne commenterai pas une affaire en cours. Ma première réaction c'est que la justice fasse son travail. Il faudra attendre le rapport définitif. Maintenant, je trouve que Collomb a une attitude bizarre. Le mois dernier il se fait reprendre par le ministre de l’Intérieur et le ministère de la Justice parce qu'il divulgue une affaire en cours sans respecter le secret de l’instruction et aujourd'hui il se plaint que ça lui arrive. C'est l'arroseur arrosé et à Lyon, c'est un mythe que l'on aime bien. Par ailleurs, je trouve la défense de son ex-compagne intéressante puisqu'elle dit qu'elle fait des heures sup parce qu'elle en a besoin et que c'est difficile avec 1500€ par mois. Cet argument doit être difficile à entendre pour les agents de la ville de Lyon qui gagnent ce montant-là et qui ne font pas d’heures supplémentaires selon leur bon vouloir.”

Denis Broliquier (Les indépendants)

“Les accusations portées sont graves. Il y en a plus d'un qui sont tombés sur ce genre de problématiques d'emploi de proches et d'emploi fictif. Ce sont des choses qui arrivent régulièrement et qui sont des fautes graves. Pour le moment, ce sont des soupçons. Laissons faire la justice. On ne peut pas s'empêcher de rapprocher du calendrier électoral même si rien ne dit vu la façon dont l'affaire sort que c'est lié à la campagne électorale. Là très clairement c'est la gestion Collomb qui est visée, mais aussi celle de la ville de Lyon. En tant qu'élu de la ville et président du groupe Les Indépendants, je ne vois pas l'aspect électoral, mais l'aspect rigueur dans la gestion de la ville de Lyon. Est-elle gérée honnêtement  ? C'est la question que pose l’enquête et j’espère qu'elle sera menée rondement et qu'elle apportera des réponses claires sur la gestion de cette ville. Quant au rapport de la chambre régionale des comptes, la mairie centrale ne nous a pas du tout associés au processus. Elle voulait contrôler l'ensemble des données transmises à la chambre. Les élus n'ont dans un premier temps même pas été informés. Puis j'ai râlé et il y a eu une information, mais on n'a pas été associés aux choses. Les questions précises sur les mairies d’arrondissement étaient posées à la directrice générale des services d'arrondissement, pas aux élus.”

Du côté de la majorité de Gérard Collomb, très difficile pour le moment d'avoir une réaction chacun se refusant de commenter cette affaire. Seul Roland Bernard, fidèle parmi les fidèles a confié : “Tout le monde fantasme sur quelque chose qui n'a rien de délictuel. Elle n'a jamais gagné des sommes faramineuses. Elle n'a jamais été un emploi fictif”.

Lyon  : Collomb rattrapé par une affaire de détournement de fonds publics  ?

à lire également
Anne Brugnera et Collomb © Tim Douet_211
Considérant que Gérard Collomb n'est pas candidat à la Ville de Lyon, Anne Brugnera, députée LREM de Lyon, a décidé de se lancer la première. Elle veut faire entendre les dossiers lyonnais dans une campagne qui se concentre aujourd'hui sur le duel Kimelfeld-Collomb pour la présidence de la métropole.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut