Aurore Gros-Coissy
©NICHOLAS LARCHE / AFP

Subutex : Aurore Gros-Coissy de retour à Lyon quatre ans après

Sa condamnation à 20 ans de prison pour détention de stupéfiants cassée il y a dix jours par la justice mauricienne, la jeune femme est arrivée en gare de Lyon Part-Dieu ce samedi matin. La fin du calvaire pour cette habitante de Saint-Romain de Popey qui a toujours clamé son innocence.

"L'impression de n'être jamais partie". C'est ce que ressentait Aurore Gros-Coissy, emmitouflée dans sa doudoune, ce matin sur le quai de la gare Part-Dieu. Et pourtant. Cela faisait quatre ans que la jeune femme, aujourd'hui âgée de 27 ans, n'avait pas remis les pieds dans la métropole rhodanienne, ni en France d'ailleurs.

Incarcérée à l’île Maurice depuis 2011 et son interpellation pour trafic de Subutex, cette habitante de Saint-Romain-de-Popey a enfin pu retrouver sa famille. Ce midi, elle devait déjeuner dans un restaurant lyonnais avec sa mère et une amie venues l'accueillir, avant de retrouver son village.

Piégée par son ex-petit ami ?

Aurore était détenue sur la petite île de l'océan Indien après que les autorités aient retrouvé quelque 1680 comprimés de Subutex dans ses bagages. Ce substitut à l'héroïne, dont la prescription est très contrôlée en France, y est considéré comme un stupéfiant. Ce qui avait valu à Aurore une condamnation à 20 ans de prison.

Après quatre années de recours judiciaires la Cour suprême a finalement cassé cette condamnation, donnant raison à Aurore. Cette dernière a toujours clamé son innocence, assurant que les cachets avaient été placés dans sa valise par son ex-petit ami mauricien.

Aujourd'hui la jeune femme aspire simplement à retrouver une vie normale. Elle veut trouver un travaille, fonder une famille, et surtout oublier cette période difficile.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut