Virgin Radio Tour

Merilahti n'a pas encore été conçue et son acolyte Dan Levy, n'est pas en âge d'allumer seul une radio. Le point commun entre le compositeur-interprète et le duo The Dø ? Un buzz énorme lors de la sortie de leurs albums respectifs, tous deux le 14 janvier dernier. Daniel Darc, pour les non-initiés, c'est une sorte d'Alain Bashung qui aurait côtoyé l'enfer. Pour l'ex-Taxi Girl, après la notoriété des années 80, s'ensuit une traversée du désert assez fréquente chez les habitués du top 50. Un peu de prison et une existence de junky plus tard, il signe un revival remarqué avec la sortie, en 2004, de son 6e album solo Crève-cœur. Un opus qui lui vaut, c'est plutôt rigolo, une Victoire de la Musique dans la catégorie "meilleure révélation"... 50 000 exemplaires vendus plus tard, il fallait confirmer cette renaissance. Avec Amours suprêmes l'artiste persiste et signe un album surprenant. Pas véritablement un acte de rédemption, mais incontestablement un bilan sur la vie d'une authentique figure du rock français.

Peut-être moins sulfureux que Taxi Girl en son temps, The Dø n'en demeure pas moins LE phénomène hype de cette rentrée 2008. Avec leur premier album A Mouthful, et le single On My Shoulders, le duo ne s'attendait probablement pas à une telle déferlante. The Dø, c'est d'abord l'histoire d'une collision. Celle de deux compositeurs et de deux univers. L'une chanteuse guitariste finlandaise plutôt portée sur l'électro, l'autre, multi-instrumentiste parisien à tendance jazzy. Deux ans de collaborations fructueuses et quelques musiques pour le cinéma plus tard, The Dø livre ce fameux premier album sorti du nulle part, immédiatement porté par la critique et le public. Un opus aux arrangements ingénieux sur lesquels retentissent la voix haut perchée et les textes d'Olivia. Les genres et les conventions y volent en éclat. Un peu folk, un peu rock, un peu pop, un peu rap, un peu blues, un peu américain, un peu finnois, un peu tout ça à la fois quoi...

Virgin Radio Tour avec Daniel Darc et The Dø. Le 21 mars au Transbordeur, 3 boulevard Stalingrad, Villeurbanne.
04 72 43 09 99 ou www.transbordeur.fr

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut