Milan Dargent

Lyon, une époque rock, par Milan Dargent

Dans son roman Le Tournant de la rigueur, Milan Dargent nous entraîne dans le Lyon des années 1980.

Certes, avoir eu une vingtaine d’années au début des années 1980 et avoir vécu une jeunesse dissipée à Lyon, avec pour bande-son le rock prisé alors – qu’il descende en droite ligne du punk ou se prétende new-wave –, crée un lien particulier avec Le Tournant de la rigueur, dernier roman de Milan Dargent. Le Lyon qu’il met en scène est en effet celui qui se prétendait “capitale du rock”. Où naissaient presque chaque mois moult groupes d’excités ne jurant que par la musique binaire, rêvant de jouer au West Side et d’être interviewés à Radio Bellevue. Ainsi que d’avoir les moyens d’acheter leurs instruments à Music Land.

Politiquement, on rêvait encore. François Mitterrand venait d’arriver au pouvoir et, si le tournant de la rigueur qui donne son titre au livre se profilait, il n’avait pas encore débouché sur une lugubre voie à sens unique. Sexuellement, les choses étaient plutôt dissolues, dans la mesure où le sida n’avait pas encore accompli les ravages qui allaient suivre.

Cette époque, ces lieux revivent sous la plume de Milan Dargent, à travers l’itinéraire de son héros, le chanteur du groupe Les Futuristes. Premières répètes, premiers concerts, tournées foireuses, brouilles, amours avortées et premières arnaques... tout y est. Et, comme il avait su le faire avec Soupe à la tête de bouc, où il mêlait sa biographie personnelle à la légende des Rolling Stones, c’est avec un réel talent de conteur, tissant faits réels et inventés, qu’il nous embarque dans son histoire où s’imbriquent étroitement espoirs et désillusions.

Le Tournant de la rigueur, de Milan Dargent. Éditions du Dilettante, 192 pages. En librairie à partir du 6 mars.

Faire défiler vers le haut