Les maux bleus

C’est probablement la soirée la plus épatante du festival Just Rock ?. Celle qui justifie d’employer ce point d’interrogation en fin d’adresse. Le festival se clôt en effet sur les bluesmen du désert Tinariwen, groupe malien, et formation volatile qui véhicule de par le monde le concept de blues touareg, mélange de blues et de musique traditionnelle. Tinariwen rappelle comme Ali Farka Touré en son temps, que cette musique d’oppression et de solitude, relativement sédentaire, est la musique de l’exil et des souffrances originelles, une musique nomade. Et donc davantage affaire de condition humaine et de tripes et non, comme chez Johnny, de clichés US chinés dans les solderies du Mississippi. C’est bon de se le rappeler.

Tinariwen. Le 15 novembre au Transbordeur. www.tinariwen.com

à lire également
ONL orchestre orgue
 C’est l’ouverture de saison à l’Auditorium et l’occasion pour le public lyonnais de découvrir à l’œuvre le nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lyon (ONL).
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut