Las Vegas sensass’

Avec Jeux de cartes 1 : pique, premier volet d’une série de quatre spectacles, Robert Lepage nous convie à un hallucinant voyage dans la capitale du Nevada.

C’est à la manière de Robert Altman, celui de Short Cuts, que Robert Lepage a construit son dernier spectacle, Jeux de cartes 1 : pique, en ce moment à l’affiche du Studio 24. Durant presque trois heures, où pas un gramme d’ennui ne s’immisce, il entrecroise savamment quatre histoires qui se développent dans Las Vegas et ses environs. On est confronté à un couple de Québécois venu se marier ; lui est un mathématicien logiquement obsédé par les chiffres, tandis qu’elle va découvrir des obsessions beaucoup plus sexuelles grâce à un étrange individu, dragueur et mystique. Un Britannique qui participe à un congrès pour vendre et acheter des émissions de télévision, ce qui ne poserait aucun problème si la réunion n’avait lieu dans la capitale du Nevada, paradis des casinos, alors même qu’il tente de se débarrasser de son addiction au jeu. Deux militaires qui s’entraînent dans un camp des environs avant de rejoindre l’Irak… à moins que leurs préventions sur la guerre qui s’y déroule ne viennent contrecarrer leur plan. Et une immigrée illégale, une Mexicains qui n’a pas les moyens de soigner l’étrange maladie dont elle est atteinte. Autant de destinées qui vont se trouver bousculées, bouleversées par des rencontres et des événements aussi surprenants que passionnants. Et autant de grands thèmes - le sexe, la violence, l’argent, le jeu- fortement liés à Las Vegas, mais aussi à notre modernité, qui sont éclairés avec acuité. Pour incarner ces histoires, pour les rendre si passionnantes, il y a une demi-douzaine de comédiens qui passent d’un rôle à l’autre avec un égal bonheur. Ils s’emparent des dialogues de Lepage de façon magistrale, rendant justice à son sens de l’humour et son don de l’observation. Si la pièce était seulement mise en scène de façon banale, sa qualité d’écriture en ferait déjà un spectacle passionnant. Mais il faut y ajouter l’art de la mise en scène et de la scénographie de Robert Lepage... Tout ce qui lui a valu d’être considéré dans les plus grands théâtres du monde comme un véritable « magicien de la scène ». Ce dernier opus ne changera pas la donne à cet égard. Il y crée différentes ambiances avec une virtuosité hallucinante. Sur une scène circulaire percée de multiples trappes, d’où surgissent personnages et éléments de décor, on verra se succéder une chapelle où officie un Elvis de pacotille, un désert balayé par un tourbillon de sable, une salle de casino, un camp d’entraînement militaire, le hall d’accueil et les chambres d’un hôtel luxueux, un guichet d’aéroport, la boutique d’un préteur sur gage et même un sauna… Autant de tableaux qui frappent l’imagination et qui s’enchaînent avec une admirable fluidité.

Jeux de cartes 1 : pique est le premier volet d’une série de quatre spectacles dont les structures, les thèmes et les personnages sont associés aux cartes à jouer. Inutile de dire que l’on attend avec la plus grande impatience les trois prochains épisodes.

> Jeux de cartes 1 : pique au Studio 24 (Villeurbanne) programmé par Les Célestins Théâtre de Lyon du 9 au 19 janvier.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut