Les Ombres © Clea Mbaki

Festival Karavel : Fred Bendongué et Antoinette Gomis, danses de l’intime

Le centre culturel Charlie-Chaplin invite dans une même soirée deux artistes – Fred Bendongué et Antoinette Gomis – qui se confrontent à leur parcours intime.

Entre danse et slam, Fred Bendongué pose avec La Culture du zèbre un regard sur les années 80 où le hip-hop explosait avec de jeunes danseurs issus des banlieues, cherchant à trouver une place dans la société à travers la création, transposant les danses urbaines de la rue à la scène.

Ce mouvement artistique intégrait le mouvement contestataire marqué en 1983 par la marche pacifique d’une génération qui revendiquait l’égalité des droits, l’égalité des chances, le droit à l’éducation et à la culture.

Si le chorégraphe s’est émancipé de la danse hip-hop dans sa forme, il renoue avec son histoire et son parcours, né à Vénissieux grâce à la compagnie Traction Avant, créée par le visionnaire Marcel Notargiacomo. Il puise dans les valeurs fondatrices du hip-hop pour revenir, avec passion et émotion, au sens de l’acte dansé.

Avec Ombres, la chorégraphe Antoinette Gomis rend hommage à son père décédé, à son parcours de la Guinée à la France, aux exilés d’hier et d’aujourd’hui qui voyagent à travers les continents pour donner à leur famille une vie meilleure.

Sa danse mêle écriture et sonorité africaines aux danses urbaines et au langage des signes qu’elle utilise pour inventer un répertoire gestuel, donner vie et image aux mots des morceaux de musique lorsqu’ils sont dans une langue étrangère. Le titre Ombres fait référence aux exilés sans papiers qui doivent se cacher en arrivant en France jusqu’à perdre leur identité, évoquant aussi l’esprit des proches qui protège les migrants durant leur voyage.


La Culture du zèbre de Fred Bendongué et Ombres d’Antoinette Gomis – Le 18 octobre Centre culturel Charlie-Chaplin à Vaulx-en-Velin (Dans le cadre du festival Karavel) - www.centrecharliechaplin.com


 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut