Les visiteurs peuvent se retrouver dans une scène de film. Une expérience totalement immersive © JB Laissard

Expo à Villeurbanne : la fabrication des effets spéciaux dévoilée au Pôle Pixel

Avec l’exposition Effets Spéciaux, crevez l’écran !, le Pôle PIXEL de Villeurbanne nous invite à découvrir tous les secrets de fabrication des effets spéciaux qui font le succès de nombreux films.

Depuis 2009, le Pôle PIXEL est un lieu de référence de la région qui s’étale sur une superficie de 30 000 m2 et fabrique des films, des jeux vidéo, des œuvres immersives et virtuelles, des chaînes Twitch, Youtube, des décors et costumes de tous types, des publicités et des effets spéciaux…

© JB Laissard

C’est d’ailleurs là qu’a été réalisé le film d’animation Ma vie de Courgette et que se tourne la série Kaamelott d’Alexandre Astier.

Accueillant quotidiennement 400 professionnels qui y exercent leur passion, le lieu vit normalement – secrets technologiques obligent – dans une sorte de confidentialité.

Conçue avec le CNC et la Cité des sciences et de l’industrie, l’exposition se déroule au studio 24 qui s’ouvre pour la première fois au public avec la ferme intention de lui faire découvrir tous les métiers qui mènent à la création d’un film avec ses effets spéciaux.

© JB Laissard

Articulée autour d’une scénographie ludique et immersive, elle propose une exploration par la pratique, les visiteurs peuvent ainsi créer des effets spéciaux le long du parcours comme par exemple avec la technique du mapping qui consiste à projeter des sons et des lumières sur l’architecture d’une maquette monumentale en 3D.

Structurée en quatre espaces, elle explique le cheminement de la conception à la réalisation du film : un bureau de préproduction (écriture du scénario, storyboards, dessins…) qui donne des indications pour créer les effets visuels, un plateau de tournage, un studio de postproduction qui intervient sur le rendu (intégration de paysages, retouches d’images, effets invisibles…) et une salle de cinéma.

Le royaume du numérique et des nouvelles technologies

On découvre une frise chronologique du développement des effets spéciaux avec l’apparition d’un nouveau métier, celui du superviseur, décisionnaire dans les choix esthétiques mais aussi financiers d’un film.

Plus loin, la technique de motion capture avec ses capteurs sur le corps humain qui permettent de reproduire les mouvements des animaux comme dans La Planète des singes.

© JB Laissard

Mais les effets spéciaux c’est aussi du maquillage prothétique (avec des prothèses) et la transformation de Marion Cotillard pour le film La Môme est impressionnante. Les visiteurs peuvent s’amuser à créer des fonds de scènes via des applications ou encore se retrouver dans une scène de film, immobiles, tandis que seul le décor bouge.

C’est le royaume du numérique, des ordinateurs, des nouvelles technologies toutes aussi incroyables les unes que les autres. Ce qui ne nous empêche pas de découvrir comment Georges Méliès, l’inventeur des premiers trucages, les imagina dès la fin du XIXe siècle en travaillant par exemple sur le fait d’arrêter et redémarrer la caméra en jouant sur le changement de détails d’une scène.

Le visiteur peut expérimenter cette technique en buzzant sur un simple bouton rouge devenant lui-même un acteur face à l’écran. C’est bluffant ! À noter, toutes les personnes qui se prêtent aux expériences peuvent les visualiser sur un écran en fin de parcours par l’intermédiaire d’un bracelet connecté.


Effets Spéciaux, crevez l’écran ! Jusqu’au 27 mars 2022 au Pôle Pixel de Villeurbanne – www.polepixel.fr


 

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut